Un bel exemple d’économie circulaire

Le centre Songhaï, décrit dans le précédent article de ce blog, est un bel exemple d’économie circulaire. Quelques exemples illustrés avant de traiter des valeurs et de ses approches en matière de formation.

1710 Songhaï

Les déchets des poissons, les fientes des poules,… sont utilisés pour fertiliser les sols… Et ce sont même les toilettes humaines (visiteurs, personnels, apprenants) qui sont (très) directement reliées à des bassins où poussent des jacinthes d’eau qui serviront ensuite à faire du compost, voir les photos ci-dessous.

DSC02289DSC02329

 

Du méthane est produit à partir d’autres déchets végétaux et vient compléter les autres sources d’énergies renouvelables.

DSC02335

Les vieux plastiques du centre sont recyclés pour faires des récipients : voir ci-dessous les granulats de plastiques obtenus et l’extrudeuse permettant de faire des bacs, poubelles ou autres seaux…

DSC02344DSC02345DSC02347

Valeurs et formation au centre Songhaï.

Le centre Songhaï cherche à créer des viviers socio-économiques durables en soulignant l’importance des facteurs suivant :

  • le développement des aptitudes et talents à tous les niveaux (culturel, social, spirituel, technique, organisationnel, économique) en vue d’une autonomisation des individus et des communautés, comme membres à part entière de la société,
  • le développement de programmes intégrés, résilients et multisectoriels, qui créent une interrelation entre l’agriculture, l’industrie et les services.
  • le développement de villes rurales vertes susceptibles de freiner voire de stopper l’exode rural et d’accorder une viabilité socio-économique à long terme aux aménagements ruraux.

Le centre Songhaï développe un esprit d’entreprise en utilisant les méthodes suivantes :

  • concevoir des programmes de formation permettant aux jeunes de développer leurs capacités, autant au point de vue humain que technique.
  • mener en donnant l’exemple. Songhaï lui-même est un « espace entrepreneurial », qui partage les risques et difficultés propres aux entrepreneurs. Dans une large mesure, nous vivons de ce que nous produisons.
  • chercher à promouvoir un sens de la créativité et de l’innovation, de même qu’un esprit de leadership adapté à un environnement compétitif.

Le centre Songhaï a un but bien précis ! Former des hommes et des femmes ayant vocation à être des vecteurs de développement pour le continent africain.

L’idée, c’est de former des jeunes entrepreneurs qui puissent être capables de reproduire le modèle Songhaï partout ; à commencer principalement par leur région (village). Ils pourront ainsi contribuer au développement durable de leur communauté en créant des emplois et combattre ainsi l’exode rural ; en assurant l’autosuffisance alimentaire de la région et participer ainsi au bien-être des populations qui maîtrisent alors mieux les composants des produits qu’ils consomment ; en formant d’autres jeunes désireux d’évoluer dans le domaine, et donc, participer à l’éducation de la jeunesse de leur village ; en fournissant des services tels que l’électricité, le gaz…pour le bonheur de tous.

Toute la formation est orientée dans cette logique. Et c’est la même raison qui sous-tend la dimension spirituelle et le système de valeurs inculqués aux apprenants, au-delà de la connaissance et des compétences qu’ils acquièrent au cours de la formation. Toute chose qui font d’eux, des meneurs, de vrais leaders.

Un dispositif est également mis en place pour suivre et soutenir certains formés, notamment les filles, qui peuvent bénéficier de microcrédit pour la création de leur entreprise.

DSC02308

http://www.songhai.org/index.php/fr/

Songhaï : un exemple à suivre pour le développement de l’entreprenariat agricole

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *