Un atlas des brevets comme outil de référence

Un atlas des brevets vient d’être lancé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) et l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Son objectif est de mettre à disposition du grand public des informations sur l’activité de recherche et d’innovation en France notamment grâce à une analyse territoriale du nombre de brevets.

Il présente :

  • des données pour caractériser l’activité de recherche et d’innovation
  • un site web interactif
  • des données et cartes en open data
  • un engagement en faveur de l’entrepreneuriat et de l’innovation
  • une vidéo sur les brevets en France

Il couvre l’activité des inventeurs français et des déposants à l’origine des demandes de brevet publiées par la voie nationale ou par la voie européenne. Il propose pour cela :

  • un ensemble d’indicateurs géolocalisés et de graphiques interactifs permettant de caractériser les territoires au travers de leur production de brevets : nombres de brevets, de déposants publics et privés ;
  • des indicateurs sur les inventeurs différenciés femmes-hommes;
  • des répartitions technologiques par grands domaines et domaines émergents ;
  • des représentations cartographiques: près de 150 cartes nationales ou régionales caractérisent la production technologique locale d’un ensemble géographique allant de la commune à la France entière, identifiant ainsi les forces des différents territoires ;
  • un historique de 2003 à 2015. L’atlas sera actualisé selon un rythme annuel.

L’ensemble des données et des cartes de l’atlas des brevets sont réutilisables selon la licence ouverte, et également mises à disposition depuis la plateforme open data Enseignement supérieur et Recherche du ministère.

Illustrons cet atlas par quelques cartes :

  • sur la parité des inventeurs …

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_HF_Pa

 

  • sur la répartition géographique globale des inventeurs…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_Pa

  • sur la répartition géographique globale des déposants…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Dep_Pa

  • zoom dans le domaine électronique-électricité…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_100_Pa

  • zoom plus précis dans les techniques d’informatique…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_106_Pa

  • zoom plus précis dans le sous-domaine des transmission d’informations numériques

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_104_Pa

L’atlas des brevets complète l’application scanR qui présente une cartographie « Recherche et Innovation » des laboratoires publics et des entreprises en France.

<http://atlasdesbrevets.esr.gouv.fr/Accueil/fr/>

Sur ScanR : http://science-innovation-developpement.com/recherche-en-france-quelle-depense-et-qui-fait-quoi/

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Une pensée sur “Un atlas des brevets comme outil de référence

  1. Bonjour,
    et merci Michel pour relayer cette aspect des brevets.

    Nous nous rapprochons doucement de ce que je vis au quotidien et préconise depuis 20 ans, c’est à dire un « CENTRE NEVRALGIQUE » permettant aux inventeurs, PME, ETI de tout poil de connaître l’état de l’art quasiment planétaire en quelques minutes et pour une somme modique, au lieu de plusieurs mois et des dizaines de milliers d’euros aujourd’hui.

    Ceci afin d’en extrapoler leur valeur ajoutée et ainsi de les aider à couvrir 51% de leur chemin vers le marché (une fois que l’on sait que l’on est inventif, et quelle valeur ajoutée on apporte, trouver un client et le bon modèle d’affaires devient plus facile non? Trouver ceux qui financeront aussi..).

    Ce qui parait simple est en fait plus compliqué et onéreux (accès aux bases) que prévu, parce que l’état de l’art est une formidable botte de foin: Internet, presse grand public, presse professionnelle, articles scientifiques, thèses universitaires, brevets, licences, blogs, forums, salons, conférences, expositions, etc..sans compter l’information cachée partout, par exemple dans les « groupes » des réseaux sociaux professionnels, etc…

    Tout cela porte un nom: BIG DATA.

    Son organisation dans ce secteur précis mérite d’être militaire. Je l’ai proposé aux services du Premier Ministre plusieurs fois, personne n’a même pris le soin de me répondre.

    Suis effondré de constater que les politiques français ne comprennent pas ce que « gâchis de matière grise » veut dire, gâchis coûtant des millions d’emplois, car les vrais moteurs de l’économie sont dans les PME.

    Bien à vous,
    Laurent H. Selles
    Linkedin:https://www.linkedin.com/in/laurentherveselles/

Laisser un commentaire