Quelques déclarations sur les SATT

Entre la préparation de la loi de finances 2015, diverses déclarations des actes dirigeants et la première convention des Satt organisée le 25 novembre dernier à Paris sous l’égide d’Olivier Fréneaux, président de la Satt Sud-Est et du Réseau Satt, les Satt ont été objet d’attentions diverses.

Morceaux choisis….

Louis Schweitzer, Commissaire général aux investissements :

  • Une Satt qui ne connaît que des succès est une mauvaise Satt. Un taux d’échec raisonnable est un indicateur important.
  • Les Satt doivent développer leurs capacités de gestion des risques car accepter le risque, c’est accepter l’échec » les Satt doivent également augmenter leurs ressources propres pour accéder à l’autonomie Accélérer le transfert est un métier de professionnel qui exige beaucoup d’enthousiasme et je pense que l’activité des Satt est irremplaçable.

Pierre-René Lemas, Directeur général de la CDC :

  • Les Satt sont quelque chose d’extrêmement innovant. Ce sont des sociétés, filiales des établissements avec des professionnels au service de chercheurs en lien avec les entreprises, qui sont ancrées sur des territoires et qui essaient de mettre fin à la multitude des interlocuteurs.
  • Les Satt changent le mode de financement de la maturation en mettant fin aux subventions saupoudrées vers un tas d’interlocuteurs, ce qui était la tradition en France.
  • Les Satt ont vocation à être présentes sur tous les territoires car la recherche, l’innovation et le développement des entreprises ne s’opèrent pas hors sol mais bien sur ces territoires.

Geneviève Fioraso, Secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche :

  • Les Satt doivent réussir sur deux fronts : le choix des projets à soutenir et la capacité à prendre des risques sans être court-termistes.
  • Les Satt doivent être un lien permanent entre la recherche publique et les entreprises, et le moteur de la valorisation dans les regroupements universitaires.

Alain Juppé, co-président du comité de pilotage du programme des investissements d’avenir (PIA) :

  • Aujourd’hui, les partenariats public-privé ont changé grâce aux Satt.

Michel Rocard, co-président du comité de pilotage du programme des investissements d’avenir (PIA)  :

  • Les Satt, vous êtes une invention dans un ‘no man’s land’ et sur un champ conflictuel !
  • Le drame français n’est pas dans l’intelligence mais dans le passage de la recherche à l’industrie, les chercheurs ne voulant pas travailler pour le capital. En outre, le milieu de l’éducation et de la recherche est très gauchiste d’où ce divorce entre chercheur et industrie. C’est pourquoi nous avons décidé de privilégier l’excellence avec le PIA.
  • Le mot recherche est à chaque fois implicitement associé au mot fondamental alors que la faiblesse est bien dans le mot appliqué… Vous êtes les enfants de tout cela.

Jean-Loup Salzmann, président de l’université Paris-XIII et de la CPU :

  • Nous nous sommes engagés dans les Satt car nous sommes passés en 20 ans du Moyen-Âge au XXIe siècle avec la loi Allègre, la loi LRU, la loi Fioraso et le PIA, qui a permis d’essayer de simplifier un paysage atrocement complexe.
  • La Satt est un guichet unique, une interface entre la recherche publique et l’entreprise afin qu’il n’y ait qu’une seule porte d’entrée, ce qui est essentiel.
  • Normalement, il ne devrait pas y avoir de problèmes sur l’articulation entre les Satt et les Comue puisque l’organisation territoriale est à peu près la même pour les Comue et pour les Satt (à part en Île-de-France). Sur les territoires, nous devrions ainsi trouver une Comue, avec les organismes de recherche et les grandes écoles et un interlocuteur pour les entreprises qui sera la Satt. C’est le schéma prévu mais comme on est France, il peut y avoir des exceptions.

Roget Genet, Directeur général de la recherche et de l’innovation :

  • Les Satt jouent le rôle de traducteur, de mécanisme qui facilite le contact entre les uns et les autres.

Alain Fuchs, Président directeur général du CNRS :

  • C’est un choix de politique scientifique raisonné que d’être actionnaire de toutes les Satt. Nous travaillons activement avec les Satt pour qu’elles marchent le mieux possible.
  • Il reste quelques petits frottements mais nous allons fluidifier cela et ainsi parier sur un succès des Satt.

IGAENR (rapport Évaluation du dispositif d’incubation issu de l’appel à projets du 25 mars 1999) :

  • Les incubateurs doivent atteindre un niveau de qualité d’incubation plus homogène sur le territoire afin d’accueillir en particulier les projets issus des Satt.
  • Ils devraient aussi impliquer davantage les établissements publics d’ESR, sur la base de leurs missions et d’une politique de valorisation renouvelée, dans des structures d’incubation bien articulées avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème régional, dont en premier lieu les Satt.
  • Une articulation efficace liant les Satt avec l’ensemble des incubateurs, préfigurée par les conventions existantes, est à développer.
  • Même si une Satt a la capacité d’accompagner le processus de création d’une entreprise innovante […], elle ne peut en assumer tous les aspects, surtout les plus avals ou très spécifiques. Une autre voie de coopération consiste pour une Satt à s’adjoindre les métiers spécifiques liés à l’incubation.

Rapport relatif à la mise en œuvre et au suivi des investissements d’avenir, ou « jaune budgétaire » :

  • Les Satt, dont l’objectif est d’avoir un compte de résultat positif avant la fin de la période de contractualisation de 10 ans avec l’ANR, devraient opérer une augmentation des revenus immédiats des activités de prestation et de service, notamment la gestion des contrats, pour compléter les revenus liés aux opérations de maturation dont les retours ne sont attendus qu’à moyen terme.

Philippe Baptiste, DGD Science du CNRS :

  • Le CNRS ne délèguera pas la gestion de ses contrats de recherche aux Satt.

Olivier Fréneaux, président de l’association des Satt :

  • Les Satt ne cherchent pas à gérer les contrats, c’est à leurs actionnaires d’en décider.
Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire