Place de l’hydrogène dans la transition énergétique

L’hydrogène, combustible non carboné, reste une source d’énergie en devenir. Il peut devenir un élément clé dans l’objectif de réduction des gaz à effet de serre et accompagner la montée en puissance des énergies vertes. Mais c’est un vecteur qui n’a pas encore connu le développement escompté.

A long terme, une économie de l’hydrogène pourrait émerger.Comme le signale la Commission de régulation de l’énergie, à long terme, sous réserve d’une décroissance des coûts, l’hydrogène pourrait devenir un vecteur important dans les systèmes énergétiques, permettant de stocker l’énergie ou de la déplacer de zones à coûts de production favorable pour le renouvelable (le Chili, le Mexique, l’Australie, le Moyen-Orient…) vers les zones de consommation. L’hydrogène pourrait apporter une réponse pertinente à des besoins spécifiques sur certains segments de la mobilité mais surtout à une décarbonationmassive des systèmes électriques et gaziers, en combinaison avec la production électrique renouvelable.

Le secteur de l’hydrogène emploie aujourd’hui près de 2000 personnes en France.

Selon une étudeMcKinsey sur le développement de l’hydrogène pour l’économie française, les perspectives pour le développementde la filière hydrogène en France sont les suivantes :

  • Environ 8,5 Md€ de chiffre d’affaires annuel en 2030 et 40 Md€ en 2050
  • Un potentiel à l’export de 6,5 Md€ d’ici 2030
  • Plus de 40 000 emplois dans le secteur en 2030 et plus de 150 000 emplois en 2050
  • –  10 à 12 Mt CO2 en moins en 2030 et 55 Mt en 2050

Pour l’Ademe, les enjeux de l’hydrogène pour les annéesà venir s’articulent autour de quatre contributions majeures :

  • Dans le cadre d’un mix électrique futur associant fortement les sources renouvelables, l’hydrogène apporte des solutions de flexibilité́ et d’optimisation aux réseauxénergétiques.
  • L’hydrogène donne de nouvelles opportunités pour l’autoconsommation d’énergies locales, à l’échelle d’un bâtiment, d’un ilot, d’un village, tout particulièrement pour les zones non interconnectées au réseau électrique.
  • Le développement des véhicules électriques hydrogène vient diversifier l’offre d’électromobilité́, répondant à des besoins dans le domaine de la mobilité́ professionnelle.
  • Les nouvelles technologies permettent de réduire les impacts liés à l’emploi actuel d’hydrogène d’origine fossile dans l’industrie.

La pertinence de l’hydrogène se révèle à une échelle locale, dans une vision systémique de l’énergie : valorisation des sources renouvelables, interconnexion et flexibilité́ des réseaux énergétiques, valeurs ajoutées dans différents usages (mobilité́, industrie, autoconsommation).

Le Ministère de la transition écologique et solidaire propose un plan de déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique. Ce plan s’articule en 3 axes :  créer une filière industrielle décarbonée, développer de nouvelles perspectives de stockage des énergies renouvelables, proposer une solution zéro émissionpour les transports.

Enfin, s’agissant d’applications défense, la Chine va promouvoir le développement militaro-civil des technologies de l’hydrogène.

Un centre de recherche et de développement en ingénierie et technologies de l’hydrogène a été créé en juin à Beijing par la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), ce qui constitue un encouragement au développement militaro-civil des technologies de l’hydrogène. Le centre vise à promouvoir l’usage étendu de l’hydrogène à la fois dans la défense nationale et dans les applications civiles. Il se concentrera également sur les technologies à rendement élevé et à faible coût liées à la production et au stockage de l’hydrogène.

Le centre devrait disposer des droits de propriété intellectuelle totalement indépendants et établir la chaîne industrielle et le système technologique de l’hydrogène.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire