Juin 09

Les pôles de compétitivité rassemblent beaucoup de jeunes entreprises qui profitent de plus en plus du FUI

Les pôles de compétitivité rassemblent beaucoup de jeunes entreprises qui profitent de plus en plus du FUI. Telle est l’une des conclusions d’une étude de la DGE.

Les pôles de compétitivité favorisent l’émergence de projets collaboratifs de recherche & développement (R & D) rassemblant des entreprises et des établissements de recherche et de formation, l’objectif étant la mise sur le marché de nouveaux produits, procédés et services innovants.

1704 pole 2

1704 pole 4

En 2014, les 71 pôles de compétitivité comptaient environ 8 500 entreprises membres, auxquelles s’ajoutaient près de 1 150 établissements publics de recherche ou de formation. Les entreprises membres des pôles sont en grande majorité des PME, dont beaucoup sont jeunes. Si le secteur industriel regroupe la majorité des effectifs salariés des établissements de PME et d‘ETI membres des pôles, la part des secteurs du numérique et des activités scientifiques augmente.

1704 Pole 5

Par ailleurs, les entreprises membres sont certes situées essentiellement dans les régions actives en R & D, mais elles sont relativement moins concentrées en Île-de-France que l’ensemble des entreprises réalisant des travaux de recherche.
1704 pole 1

Enfin, les financements du fonds unique interministériel (FUI) bénéficient de plus en plus aux PME et aux ETI.
1704 pole 3

Parallèlement, une étude du Commissariat général à l’égalité des territoire a réalisé une étude d’où il ressort qu’à l’issue de l’évaluation à mi-parcours de la troisième phase des pôles de compétitivité, réalisée en 2016, il s’avère que les pôles ont, dans leur grande majorité, rempli les objectifs qui leur ont été fixés dans les contrats de performance passés avec l’État et les régions. Fin 2015, ils avaient atteint en moyenne 77 % de leurs objectifs, seuls quatre pôles étant sous le seuil de 50 %.

1704 poles 6

1704 Poles 7
1704 Pôles 5

<http://www.entreprises.gouv.fr/files/files/directions_services/etudes-et-statistiques/4p-DGE/2017-03-4p-N67-POLES-COMPETITIVITE.pdf>

http://www.cget.gouv.fr/sites/cget.gouv.fr/files/atoms/files/en-bref-36-cget-03-2017.pdf

Cette contribution complète ces articles récents.

http://www.strategie.gouv.fr/publications/avis-de-cnepi-politique-poles-de-competitivite

http://science-innovation-developpement.com/quelle-politique-nouvelle-pour-les-poles-de-competitivite/

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Juin 02

Palmarès et autres classements

La fascination de certains pour le classement de Shanghai a conduit à privilégier la marche (forcée) vers un modèle structurel de l’enseignement supérieur que n’aurait pas renié la famille Michelin : BIB, Big is Beautiful…

Un petit tour d’horizon de quelques palmarès récents est instructif…

 ********

Le palmarès du Times Higher Education (THE) focalisé sur les « établissements à taille humaine » mais néanmoins généralistes – moins de 5 000 étudiants mais dont la recherche reste multidisciplinaire – a mis en avant trois établissements français : l’ENS (2ème), Polytechnique (4ème) et l’ENS Lyon (7ème) alors que Caltech (USA) est 1er.

Ce même THE propose aussi un classement des universités âgées de moins de 50 ans et faisant une moindre place au critère de la réputation. Le podium est constitué de l’EPFL (Suisse), la HKUST (Hong Kong) et l’université technologique de Nanyang (Singapour). Le premier établissement français classé est l’L’UPMC,  12ème, suivi par Paris-Sud, 19ème et Paris-Descartes, 28ème. Le top 100 intègre aussi Paris-Diderot, CentraleSupélec, Université de Bordeaux, AMU, Grenoble-Alpes Université , université de Montpellier, université fédérale de Toulouse, Claude-Bernard Lyon-1 Paris-4 Sorbonne.

Le même THE se focalisant sur l’international (réputation internationale, taux d’étudiants et de professeurs étrangers, publications avec au moins un co-auteur étranger) met 2 établissements suisses au 2 premières places (ETH Zurich (1er), EPFL (2ème)) et place l’Ecole Polytechnique à la 16ème place, l’ENS 42ème, l’UPMC 43ème et l’Université de Strasbourg 47ème.

QS, société britannique, établit un classement par spécialité. L’Insead, Sciences Po, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et AgroParisTech sont dans le top 10 mondial dans leur discipline. Bien sûr, tout dépend des critères retenus…

Utilisant un critère plus économique qu’académique (après tout, l’enseignement supérieur ne doit pas fonctionner en boucle fermée et ne former que des professeurs ou des chercheurs …), THE (encore lui, a utilisé le critère du plus grand nombre de dirigeants économiques formés (« Alma mater index »). Harvard en 1 (26 grands patrons du palmarès « Fortune global 500 » du magazine américain Fortune), Stanford en 2 (12), HEC en 3 (12), puis l’Ecole Polytechnique (11). Viennent ensuite Mines ParisTech (10ème avec 7 dirigeants grands patrons), l’Ena (11ème avec 7) et l’Insead, 13ème avec 7 aussi). Par pays, le podium est constitué des Etats-Unis, la Chine et la France.

The-Alma-Mater-Index-2017-HEC-Paris-Is-World-Number-Three-THE-2017 1703 Alma 2

S’agissant du classement annuel des « global MBA » du Financial Times, lundi 30 janvier 2017, l’Insead conserve sa place de leader, suivi par Stanford. 3 autres établissements français sont dans le top 100 : HEC Paris (20ème), Edhec (74ème) et Grenoble EM (92ème).

Le classement européen U-Multirank traite 1 500 institutions mondiales dans 99 pays. Les critères concernent les sujets classiques (enseignement, recherche, transfert de connaissances, international) mais aussi, Europe oblige, l’engagement régional. En France, ce sont là aussi, les grandes écoles qui apparaissent les plus performantes. 27 des 62 établissements français ayant répondu obtiennent une majorité de A dans au moins l’une de ces 5 catégories regroupant 35 critères notés de A à E. 24 sont des Grandes écoles, Centrale Lyon étant l’établissement français qui décroche le plus de A, devant Télécom ParisTech et l’Edhec.

Quand l’effet taille ne joue pas, la France se classe très honorablement, notamment grâce à ses Grandes écoles.

Soulignons aussi qu’en matière d’impact de la production scientifique et des brevets des organismes publics, c’est le CEA qui est le plus innovant en Europe et le deuxième au monde ( « Top 25 Global Innovators-Government », publié par Reuters- Clarivate), le premier étant le HHS (Département de la santé et des services sociaux des Etats-Unis !).

https://www.timeshighereducation.com/features/worlds-most-international-universities-2017

https://www.timeshighereducation.com/features/alma-mater-index-2017-who-educates-global-business-elite

https://www.topuniversities.com/subject-rankings/2017

https://www.timeshighereducation.com/world-university-rankings/2017/young-university-rankings#!/page/0/length/25/sort_by/rank/sort_order/asc/cols/stats

http://www.umultirank.org/#!/home?name=null&trackType=home&section=entrance

http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/03/30/u-multirank-2017-les-universites-et-grandes-ecoles-francaises-sur-le-haut-du-podium_5103245_4401467.html

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Mai 24

Comité Richelieu et innovation

La place des PME et ETI dans la démarche d’innovation en France est souvent mise en avant, autant pour se louer de leur capacité à innover que pour se plaindre du manque d’ETI françaises, voire de relations constructives entre PME et grands groupes.

Il convient donc de souligner positivement la démarche du Comité Richelieu qui non seulement rappelle que l’innovation et les entreprises innovantes sont incontournables à l’heure où le défi pour la France est celui de la compétitivité et de la croissance, mais aussi fait un certain nombre de recommandations en faveur des PME innovantes, de la croissance et de la compétitivité du pays.

Le Comité Richelieu est un réseau national de plus de 4000 start-up, PME et ETI innovantes dans tous les domaines d’activité.

1704 Comité Richelieu

Un des grands leviers que le Comité propose d’actionner concerne le renforcement de la mobilisation des acteurs publics en faveur du développement des entreprises innovantes françaises avec 3 recommandations à la clé.

En particulier, il propose que soit fixé un objectif ambitieux d’achats publics innovants correspondant à 10 % de l’ensemble des achats publics. Selon lui, il convient de rehausser et étendre l’objectif actuel de 2 % pour atteindre 10 % d’achats publics innovants à horizon 2020 et d’inclure les Régions et Métropoles. Il faudra par ailleurs mettre en place un dispositif de suivi et de contrôle de la mise en œuvre effective de cet objectif. En 2013, la commande publique représentait 71,5 Md€.

Il recommande que le taux du Crédit d’Impôt Innovation (CII), 20 %, ainsi que le plafond maximum de dépenses considéré, 400 k€, soient revus à la hausse pour dynamiser significativement l’innovation en France. Cette évolution doit correspondre à un alignement du taux de crédit d’impôt du CII sur celui du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) à 30 % et à un rehaussement du plafond de dépenses maximum pris en compte pour le CII de 400 k€ à 1 M€.

Il estime le statut de JEI très pertinent et avec un bon bilan en matière de financement de l’innovation et propose qu’il devienne JEIC (Croissance). Il propose aussi que ce statut offre à partir de la 3ème année et jusqu’à la perte du statut, la défiscalisation totale de la quote-part des bénéfices affectée à ses fonds propres.  Selon le Comité Richelieu, cette évolution permettrait non seulement aux jeunes sociétés de continuer à bénéficier d’un allègement de charges de personnels affectés à la recherche et innovation mais également d’alléger l’imposition sur les bénéfices lorsque ceux-ci sont réinvestis dans la croissance de l’entreprise et la création d’emplois.

La liste des 15 propositions du Comité Richelieu

  1. Objectif de 10 % d’achats publics innovants à horizon 2020 accompagné d’un suivi et d’un contrôle. Extension de l’objectif aux Régions et Métropoles.
  2. Engagements des acteurs publics de la recherche dans le respect des règles de concurrence et en faveur de bonnes pratiques dans leurs relations avec les entreprises innovantes.
  3. Une entreprise innovante (start-up, PME, ETI) dans chaque Projet d’Investissement d’Avenir (PIA) et création d’un « réseau de référents entre- prises innovantes » piloté par le Commissariat Général à l’Investissement (CGI) et incluant des organisations représentant les entreprises innovantes.
  4. Alignement du taux de Crédit d’Impôt Innovation (CII) sur celui du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) à 30 %, re- haussement du plafond de dépenses maximum pris en compte pour le CII de 400 000 à 1 million d’euros.
  5. Évolution du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) en Jeune Entreprise Innovante et de Croissance (JEIC): octroyer à partir de la 3e année et jusqu’à la perte du statut une défiscalisation totale de la quote-part des bénéfices affectée à ses fonds propres.
  6. Simplification du système des seuils et renforcement du dialogue social.
  7. Dérogation en matière de temps de travail pour les Jeunes Entreprises Innovantes (JEI).
  8. Intégration d’un administrateur indépendant PME innovante au sein des conseils d’administration de grands groupes.
  9. Différenciation des mesures fiscales, sociales,financières, réglementaires en fonction de la nature exportatrice de l’activité.
  10. Sanctuarisation du budget de Business France et renforcement de son efficacité à l’étranger à moyens constants: du redéploiement pragmatique basé sur de bonnes pratiques au renforcement des compétences et à la valorisation de l’expérience.
  11. Appui à la constitution de leaders européens.
  12. Développement de l’apprentissage du codage au même titre que l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture pour faire de la France le leader de l’industrie 4.0.
  13. Modernisation numérique de l’ensemble du tissu de TPE et PME françaises partout sur le territoire via les fonds structurels européens.
  14. Sanctuarisation du « Pacte Défense PME ». (NdA : … de la DGA)
  15. Nomination d’un médiateur au ministère de la Défense pour rééquilibrer les échanges entre les grands groupes et les fournisseurs dans le cas des marchés export soumis aux règles d’offsets.

http://www.comite-richelieu.org/conference-de-presse-de-presentation-livre-blanc-2017/

Publié dans Uncategorized | 4 Commentaires
Mai 19

Une France plus attractive pour les investisseurs étrangers

Tout n’est pas noir… La France est un peu plus attractive qu’il y a un an auprès des grands investisseurs internationaux malgré les incertitudes liées aux élections présidentielle et législatives à venir, selon classement annuel de l’indice de confiance des investissements directs étrangers de A.T. Kearney. La France s’est hissé cette année au septième rang, soit sa meilleure performance à ce jour.

Dans un contexte d’élections présidentielles pour le moins indécises, ce maintien dans le classement est à saluer, souligne Xavier Mesnard, associé chez A.T. Kearney, dans un communiqué. La France dispose d’atouts structurels forts que des initiatives telles que La French Tech et Business France sont parvenues à mettre en avant à l’international: position géographique, infrastructures, démographie, éducation. »

A.T. Kearney attribue la progression française aux mesures prises pour améliorer la productivité et l’environnement d’investissement.

1704 AT 2

Ce classement révèle que 75% des dirigeants interrogés prévoient d’augmenter leurs investissements directs à l’étranger (IDE) dans les trois prochaines années (+5% par rapport à 2016), ce qui est aussi une bonne nouvelle.

1704 AT 3

Les marchés matures représentent toujours huit des dix premières places dans l’indice de cette année et 80% du Top 25.

Voici les neuf premiers pays les plus attractifs pour les investissements directs des entreprises à l’étranger.

  1. Etats-Unis — Un leader indéboulonnable pour les investisseurs étrangers. « Les choix nationaux vers plus de protectionnisme en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis n’ont pas encore eu l’impact escompté », estime A.T. Kearney.
  2. Allemagne — Belle progression du voisin français qui gagne deux places et perturbe l’habituel duo de tête.
  3. Chine — Deuxième en 2016, elle est reléguée à la 3e place. Les attentes des investisseurs sont plus contrastées au sujet de l’économie chinoise si la volatilité des marchés persistait.
  4. Grande-Bretagne — Le pays progresse de deux places en un an.
  5. Canada — Le voisin des Etats-Unis sort du trio de tête en perdant deux places.
  6. Japon — Il conserve la même place qu’en 2016.
  7. France — Elle grimpe de neuf places (4ème) dans les plans d’investissements des entreprises américaines et neuf places également (5ème) dans ceux des entreprises du secteur technologique.
  8. Inde — Elle gagne une place par rapport à l’an dernier.
  9. Australie — Le pays perd deux places par rapport à 2016.

Ce baromètre a été réalisé en janvier auprès de 500 dirigeants d’entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 500 millions de dollars dans 30 pays… donc avant l’élection d’un Président de la République qui a coché la case « monde économique » et avant la décision du CIO sur la possible attribution des JO à Paris pour 2024 (2028 ?) !

1704 AT 1

https://www.atkearney.com/gbpc/foreign-direct-investment-confidence-index

https://www.atkearney.com/gbpc/foreign-direct-investment-confidence-index/publication/-/asset_publisher/oXeK018TjbvE/content/the-2017-foreign-direct-investment-confidence-index/10192

http://www.businessinsider.fr/atkearney-etude-investissements-etrangers-france#1-etats-unis-un-leader-indeboulonnable-pour-les-investisseurs-etrangers-les-choix-nationaux-vers-plus-de-protectionnisme-en-grande-bretagne-et-aux-etats-unis-nont-pas-encore-eu-l

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Mai 12

Une stratégie française pour l’Intelligence Artificielle

Les besoins de compétences autour de l’IA font apparaître différents besoins de formation et de sensibilisation des décideurs.

Telle est l’une des conclusions d’un gros rapport « de synthèse » de 350 pages sur l’intelligence artificielle. Ce rapport est publié sous le double timbre des ministères chargés de la recherche et de l’enseignement supérieur et de l’économie, suite à des réflexions de plusieurs groupes de travail sur des sujets tels que recherche, formation, transfert de technologies mais aussi véhicule autonome, finance ou souveraineté et sécurité nationale. Il s’agissait de proposer des actions de politique publique visant à développer l’intelligence artificielle en France. Une cinquantaine de propositions ont été remontées par les différents groupes de travail, ainsi que lors des Journées de l’Intelligence Artificielle organisées dans l’ensemble du pays.

Trois grands axes de réflexion ont été retenus :

  1. Orienter la recherche amont et développer les compétences
  2. Industrialiser et transférer les technologies de l’IA vers les autres secteurs économiques en maximisant les retombées économiques sur le territoire national
  3. Préparer un cadre favorisant le développement de l’IA en prenant en compte les considérations économiques, sociales, éthiques, de souveraineté et de sécurité nationale

S’agissant des aspects recherche, ce rapport isole plusieurs « enjeux » dont certains résonnent plus comme des recommandations (incantatoires ??).

– Renforcer le soutien sur tout le front des recherches thématiques

– Favoriser la recherche aux interfaces

– Maintenir et renforcer les forces de travail en France

– Rapprocher les industriels de la recherche amont

– Accès et préparation des données – Disponibilité des codes et plate-formes

– Favoriser la prise de risque, fluidifier et simplifier l’accès aux financements

– Accès à des ressources matérielles de calcul dédiées

S’agissant des aspects formation, ce rapport présente 5 enjeux et 8 recommandations

  1. Sensibiliser le grand public et les décideurs aux enjeux de l’IA
  • Créer un « plan IA» piloté par l’Agence du Numérique
  • Introduction de modules techniques dans les écoles de management et des cadres de l’Etat
  1. Préparer les citoyens de demain à concevoir et interagir avec des IA
  • Instauration d’un enseignement “IA, traitement des données et sciences numériques” de l’école primaire au lycée
  1. Développer l’écosystème des formations en IA en France afin qu’elles soient attractives et puissent se développer
  • Inciter les interactions entre les centres de recherche, centres de formation et entreprises autour de l’IA pour favoriser l’innovation et l’attractivité de l’écosystème
  • Encourager l’émergence de travaux de référence en droit, éthique, SHS relatifs aux questions nouvelles posées par l’IA
  1. Développer les moyens techniques pour la formation en IA
  • Développer une ressource nationale (voire de la francophonie) de données non agrégées, structurées et labellisées en Français
  • Pérenniser les initiatives logicielles open source française en IA bénéficiant à la recherche et à la formation
  1. Faire de l’Etat un pionnier dans l’adoption de l’IA
  • Création d’un pôle d’innovation EdTech au sein du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et la Recherche
  • Former les fonctionnaires et créer une expertise publique pour favoriser l’adoption de l’IA dans les administrations

Quelques illustrations méritent d’être présentées dont une carte de l’IA

1704 IA 3

Géographiquement, les 5300 chercheurs en IA se concentrent dans quelques régions, Ile-de-France, Occitanie, Auvergne-Rhônes-Alpes.

1704 IA 2

L’IA intéresse plusieurs domaines de recherche connexes, y compris en SHS
1704 IA 1

A la suite de ces travaux menés par les groupes de travail, plusieurs actions seront menées dès les prochaines semaines et au cours de l’année 2017 :

  • Mise en place du comité stratégique #FranceIA rassemblant les sphères académique, scientifique, économique et la société civile, chargé de mettre en œuvre les recommandations des groupes de travail 
  • Coordination par la France d’une candidature à un « projet phare de technologie émergente » (« FET flagship ») sur l’I.A., co-financé par l’Union européenne (1 milliard d’euros) 
  • Lancement d’un nouveau programme mobilisant les institutions de recherche pour identifier, attirer et retenir les meilleurs talents en IA, dans le cadre de l’action Programmes prioritaires de recherche du P.I.A.3 
  • Financement d’une infrastructure mutualisée pour la recherche
  • Constitution d’un consortium public-privé en vue de l’identification ou de la création d’un centre interdisciplinaire pour l’intelligence artificielle 
  • Inclusion systématique, d’ici fin 2017, de l’I.A. dans les priorités de l’ensemble des dispositifs publics de soutien à l’innovation 
  • Mobilisation des ressources publiques (Bpifrance, P.I.A.) et privées pour atteindre l’objectif d’ici 5 ans d’investir dans 10 start-ups françaises pour plus de 25 milions d’euros chacune 
  • Mobilisation des filières automobile, relation client, finances, santé et transport ferroviaire pour que chaque filière définisse une stratégie sectorielle I.A. d’ici fin 2017 
  • Lancement d’un appel à projets pour des plateformes sectorielles de partage de données pour 3 à 6 secteurs, d’ici la fin 2017 
  • Conclusion du débat éthique sur les « algorithmes » animé par la CNIL en octobre 2017 
  • Lancement d’ici l’été d’une concertation de France Stratégie sur la question des effets de l’intelligence artificielle sur l’emploi

Enfin, les ministères précisent, non sans un certain humour lié aux échéances électorales que l’ensemble des recommandations présentées sera étudié dans le cadre du comité stratégique #FranceIA pour préparer des décisions complémentaires dans les prochains mois et le futur ex-président de la République a annoncé, sans rire, que son objectif est de porter l’effort public à 1,5 Md€ sur 10 ans.

<http://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/2017/Conclusions_Groupes_Travail_France_IA.pdf>

Publié dans Uncategorized | 1 Commentaire