L’innovation passera par le numérique au ministère des Armées

Après avoir lancé le chantier « Innovation Défense », voir http://science-innovation-developpement.com/lancement-dun-chantier-innovation-defense/, le ministère des Armées se « met en ordre de bataille » pour sa transformation numérique.

Le ministère des Armées prend acte que la révolution numérique en cours a d’ores et déjà transformé à une allure vertigineuse son quotidien et son accès à l’information. Cette révolution est également un moteur de transformation puissant pour le monde du travail, pour l’administration et plus largement pour les mécanismes de prise de décision.

Au-delà du simple suivi des évolutions technologiques, la transformation numérique est une démarche volontaire visant à s’approprier au plus vite et dans les meilleures conditions les technologies émergentes, pour générer des ruptures dans les usages et les modes de travail.

Il apparaît aujourd’hui nécessaire d’accélérer et de structurer cette dynamique, en prenant en compte les aspects de cybersécurité. La définition d’une approche globale du ministère facilitera cette transformation et garantira la prise en compte de l’ensemble des métiers du ministère, en s’appuyant sur des écosystèmes d’acteurs (entreprises, centres de recherche, universités/écoles, agences, …) et de compétences (architectes, entrepreneurs, juristes,…) pluriels, ouverts et connectés grâce à de nouveaux dispositifs.

Pour sa transformation numérique, le ministère des Armées identifie trois objectifs stratégiques :

Garantir la supériorité opérationnelle et la maitrise de l’information sur les théâtres d’opérations

La recherche de la supériorité opérationnelle constitue le cœur de la mission du ministère des Armées et garantit à la France sa souveraineté et sa place dans le cercle des leaders mondiaux. Face à un ennemi lui-même de plus en plus numérique, il s’agit de conserver l’avantage informationnel et d’anticiper les ruptures d’emploi qu’apporteront inévitablement les avancées technologiques (combat collaboratif, systèmes autonomes en essaim, biomimétisme, analyse prédictive pour l’aide à la décision, intelligence artificielle pour l’optimisation du déploiement…).

Cette ambition nécessite une transformation importante de nos architectures opérationnelles pour mettre la donnée au cœur du futur combat en Cloud.

Renforcer l’efficience des métiers et faciliter le quotidien des personnels

La supériorité opérationnelle n’est rien sans des soutiens performants et des personnels épanouis. La transformation numérique doit donc s’étendre au-delà du théâtre d’opération dans les services de soutien, de maintenance, dans le quotidien des personnels du ministère. Si l’efficience est bien sûr recherchée, la satisfaction usager est également une ambition, avec notamment la mise en œuvre de nouveaux services.

Cette volonté de transformation numérique des métiers est parfaitement en phase avec la démarche globale de transformation de l’action publique de l’État « Action publique 2022 ». D’autres retombées sont attendues de cette transformation, comme l’amélioration de la qualité de vie au travail ou la meilleure prise en compte de la mobilité des personnels.

Améliorer la relation au citoyen et aux agents et l’attractivité du ministère

Le ministère des Armées en tant que pourvoyeur de services (réserves, hôpitaux militaires, lycées militaires, journées citoyennes, service militaire adapté, archives nationales, etc.) sera à même d’offrir un accès plus aisé au public, y compris au profit de ses propres agents.

La réussite de la transformation numérique apportera également une image dynamique et moderne du ministère, sans retard sur les grandes organisations et entreprises du secteur privé les plus en pointe sur le sujet. L’attractivité et la crédibilité du ministère en sortiront renforcées et faciliteront le recrutement des talents numériques dont le ministère aura besoin.

Des lignes de force majeures structurent les actions à conduire :

1.     L’innovation au cœur de la transformation

2.     Les données opérationnelles accessibles par tous les niveaux de commandement

3.     Des données logistiques partagées pour une réduction de 30% des délais de la chaine de maintenance

4.     Des données de gestion administrative comme levier de performance

5.     « Défense as a platform», une réponse audacieuse pour les services de l’usager numérique de demain :

o   Tous mes actes administratifs en ligne depuis chez moi

o   Je ne le dis qu’une fois pour un ministère à l’écoute

o   Plateforme du soutien général au bénéfice du ministère

6.     L’agilité dans mes projets, 30% de projets conduits en moins de 6 mois

7.     100% des processus métiers numérisés d’ici 2022

En déclinaison de la vision stratégique ministérielle tirant bénéfice des conclusions de la Revue stratégique de défense et de sécurité nationale (voir http://science-innovation-developpement.com/linnovation-dans-la-revue-strategique-de-defense-et-de-securite-nationale/) mettant l’accent sur la souveraineté numérique et intégrant les axes stratégiques du Système d’Information de l’Etat, le Ministère des Armées définit une approche globale et cohérente de la Transformation Numérique qui repose sur les grandes orientations synthétisées ci-dessous :

  • La transformation du ministère s’appuiera sur une offre de nouveaux services numériques, intégrant les dernières technologies et favorisant l’innovation et la créativité. Développés avec le souci de l’efficience et de l’efficacité, et résolument tournés vers les usagers et les métiers, ils renforceront la capacité opérationnelle des armées, amélioreront le quotidien et allégeront les processus administratifs ;
  • Le développement d’un écosystème d’innovation cohérent et varié au niveau du ministère doit permettre de délivrer des services numériques au plus près des usages en s’appuyant sur un cadre agile, réactif et adaptatif ;
  • La politique en matière de gouvernance des données favorisera une meilleure exploitation des données dans des services numériques au profit des usagers du ministère tout en garantissant le niveau de confidentialité indispensable à la bonne exécution des missions ;
  • La stratégie technologique consistera à se doter d’un réseau d’entreprise moderne et résilient lui permettant d’accueillir de façon robuste et réactive les évolutions amenées par la Transformation Numérique et à introduire de façon déterminée et maîtrisée les nouveaux usages issus des technologies émergentes ;
  • La culture du numérique se diffusera au niveau du ministère, par une acculturation généralisée et accélérée à l’environnement numérique, ainsi qu’au niveau des spécialistes des métiers du numérique afin de disposer des compétences nécessaires à la Transformation numérique. Il sera nécessaire de conduire une politique RH permettant au ministère de disposer et de conserver des compétences dont elle a besoin pour s’adapter à ce nouvel environnement ;
  • Le renforcement des synergies à tous les niveaux et la promotion d’une transversalité structurée, permettront au ministère des armées de faire progresser en maturité numérique l’ensemble des acteurs du ministère, des décideurs aux pilotes de métiers, afin de prendre conscience des bénéfices et des potentialités portées par la Transformation Numérique. La création de la direction générale du numérique et des systèmes d’information et de communication (DGNUM) permettra d’orchestrer cette démarche de façon cohérente et transverse, en symbiose avec les grands subordonnés du ministère, dans le cadre d’une gouvernance rénovée.

Notons aussi que Florence Parly, ministre des Armées, s’est rendue fin 2017 dans les locaux de NUMA, lieu emblématique de l’innovation numérique et pionnier de l’accélération où s’est réuni le comité exécutif du ministère sur la transformation numérique.

Animateur d’un vaste écosystème numérique regroupant entrepreneurs, startups, grands groupes, NUMA est un espace ouvert en perpétuelle réinvention. Open innovation, intrapreunariat, accélération de startups, accompagnement des grands groupes dans leur transformation ou formation à l’innovation, la ministre des Armées a ainsi pu échanger sur tous ces sujets avec les équipes de NUMA et ses partenaires.

Pour l’anecdote, signalons que le prédécesseur de Florence Parly, Jean-Yves le Drian, s’est lui-même rendu dans les locaux de NUMA… Mexico, lors d’un récent déplacement au Mexique dans ses récents habits de ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.


Signalons enfin l’atelier « Les mots du numérique 2018 » organisé par l’IHEST sur 3 jours en mars-avril pour mettre le « numérique » au service des organisations et des humains.

http://www.defense.gouv.fr/content/download/518499/8711780/file/Dossier%20presse%20Ambition%20numérique.pdf

http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/innovation-numerique-le-ministere-poursuit-sa-transformation

https://www.ihest.fr/les-formations/les-ateliers-de-l-ihest/les-mots-du-numerique/les-mots-du-numerique-2018/presentation-de-l-atelier

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire