Les enjeux chinois de la blockchain

C’est sous l’égide de la Fondation de l’Académie des technologies que vient d’être publié une note sur l’intérêt de la Chine pour la Blockchain :une priorité technologique et un enjeu stratégique international.

La blockchain fait partie, aux côtés notamment de la 5G et de l’intelligence artificielle, des technologies dans lesquelles la Chine investit fortement et souhaite prendre le leadership mondial. Une impulsion politique au plus haut niveau et un soutien financier conséquent ont permis au secteur d’attirer un important effort de recherche ces dernières années, tant dans les instituts de recherche qu’au sein des groupes technologiques publics et privés. 

Ces ambitions chinoises portent également une dimension politique, à la fois pour le contrôle et la sécurisation des données en Chine et dans une logique d’influence mondiale en matière de standardsetd’infrastructures. Dansuncontextedetensionsmondialescroissantes,lesenjeuxde souveraineté nationale et de cybersécurité associés à la blockchain pourraient à terme favoriser un double découplage entre la Chine et le reste du monde : 

  • Un découplage technologique, déjà amorcé dans d’autres secteurs tels que les semi- conducteurs. Suite aux sanctions américaines à l’été 2020, le leader chinois des télécommunications Huawei s’est ainsi trouvé dans l’impossibilité de continuer à se fournir en puces avancées auprès du taïwanais TSMC. Si à court terme, ce découplage pourrait entraver le développement chinois en privant le pays de certains composants ou de certaines briques technologiques essentielles, la Chine se trouve aussi confortée dans ses ambitions de développer à moyen terme une industrie indigène autonome ; 
  • Un découplage dans le modèle même de la blockchain, entre un modèle totalement ouvert et un modèle contrôlé centralement par l’État. Au-delà des interrogations sur l’acceptabilité internationale du BSN pour des raisons de sécurité, deux écosystèmes pourraient se développer parallèlement à l’échelle mondiale : l’un basé sur une conception de contrôle étatique de la blockchain, d’abord en Chine puis dans les pays qui partagent la conception chinoise du contrôle du cyberspace le long des Nouvelles routes de la soie ; l’autre basé sur une vision de la blockchain existant hors du contrôle étatique, permettant son usage à discrétion par des consortiums totalement privés ainsi que de la mise en œuvre de cryptomonnaies anonymes et sans tiers de contrôle. 

Internet a été inventé et développé par les États-Unis, qui en contrôlent aujourd’hui une grande partie des infrastructures et ont gardé une forte influence dans ses instances de gouvernance, leur donnant un poids géopolitique fort. Avec la blockchain et le Blockchain Service Network, la Chine déploie d’importantes ressources pour que le développement du futur d’internet soit chinois. Quelle que soit l’issue de cette course, la généralisation de la blockchain demeure, en Chine comme ailleurs, conditionnée à l’existence d’applications concrètes et créatrices de valeur économique, lesquelles restent encore à concevoir et à déployer. 

http://academie-technologies-prod.s3.amazonaws.com/2020/09/18/11/03/06/b5de0cbb-dc90-431d-99d6-93aa9846fe2f/Blockchain_Dossier_202007.pdf

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Les commentaires sont clos.