Les données (budget, emplois) de la R&D en France

Budget

En 2014, la DIRD (dépense intérieure de R&D) s’établit à 47,9 Md$ (+0,6 Md€ par rapport à 2013) et la DIRDE (DIRD des entreprises) à 31,1 Md€ (soit une hausse de 0,6 Md€ par rapport à 2013). Pour les administrations, la DIRDA est de 16,8 Md€ a baissé de 0,4%. Ces chiffres sont tirés d’une Note Flash du MENESR.

1610-dird-4

Les prévisions pour 2015 font état d’une DIRD en progression à 48,6 Md€ et d’une DIRDE à 31,7 Md€ (+1,1%) tandis que pour les administrations, la Dirda augmenterait de 0,5 % en volume, et s’élèverait à 17 Md€. Mais la hausse de la Dird, moins élevée que celle du PIB, entraînerait une légère diminution de 2,24 % à 2,23 % de l’effort de recherche. L’effort de recherche, qui rapporte la DIRD au produit intérieur brut (PIB), se maintient à 2,24 % en 2014 mais devrait légèrement baisser en 2015 (2,23%). Il a augmenté de 0,22 point depuis 2007.

1610-dird-2

La note publie aussi des données sur les dépenses intérieures de R&D des (nouvelles) régions, qui s’élèvent notamment à 19 Md€ en Île-de-France.

1610-dird-3

Emplois

Alors qu’ils connaissaient une croissance annuelle moyenne de 2,1 % depuis 2000, les effectifs de la recherche française ont cessé de progresser en 2014, avec une « quasi-stabilité » par rapport à 2013.

La France (266 000 chercheurs)  se place au 8ème  rang mondial, loin derrière la Chine (1 484 000 chercheurs), les États-Unis (1 265 000) et le Japon (660 000) et juste derrière le Royaume-Uni (268 000). En « taux de chercheurs », la France est en 9ème position mondiale (9,8 chercheurs pour 1 000 actifs).

L’emploi scientifique est très concentré dans quatre régions, l’Île-de-France (37,6 %), Auvergne Rhône-Alpes (14,1 %), Occitanie (11,1 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (7,6 %).

Ce sont les entreprises qui emploient la majorité des personnels de la recherche (60 %), devant les organismes publics (20 %), les établissements d’enseignement supérieur (18,5 %) et les autres institutions sans but lucratif (1,5 %). Au total, avec un effectif total de 266 000 chercheurs en ETP, la France est au 8e rang.

Remarquons que les chercheurs en entreprise sont majoritairement issus d’une école d’ingénieur (à 54 % contre 12% de titulaires d’un doctorat). Ils sont relativement jeunes (la moitié ont moins de 38 ans),

En 2013, 220 000 personnes ont occupé la fonction de chercheurs en entreprise, que ce soit partiellement ou à plein temps. La force de travail correspondante est de 162 000 équivalents temps plein (ETP), soit 61% de l’ensemble des chercheurs opérant en France. Cette proportion est très supérieure (+ 13 points) à la moyenne européenne. Elle est cohérente avec le montant des dépenses de R&D dans les entreprises (66,2% correspondant à une DIRDE se 31,7 Md€ pour une DIRD de 47,9 Md€)

Mais l’activité professionnelle du chercheur en entreprise se modifie : il ne consacre plus, en 2013, que 73 % de son temps de travail annuel moyen à la R&D, contre 95 % jusqu’en 2005. De plus, il ne bénéficie plus que de 0,6 ETP par an en personnel de soutien pour l’aider dans ses travaux de recherche, soit la moitié du niveau de 2001.

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid106781/les-depenses-interieures-de-r-d-en-2014.html

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid105211/les-chercheurs-en-entreprises-en-2013.html

Voir aussi http://science-innovation-developpement.com/recherche-en-france-quelle-depense-et-qui-fait-quoi/

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire