La Chine devrait bientôt devancer les États-Unis et l’UE en dépenses de recherche scientifique et technologique (OCDE)

Les économies avancées (USA, Union Européenne, Japon) pèsent de moins en moins dans la recherche scientifique et technologique, les demandes de brevets et les publications scientifiques, laissant ainsi le champ libre à la Chine qui devrait accéder au premier rang mondial des dépenses de R&D autour de 2019, selon un nouveau rapport de l’OCDE (Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE 2014).

La part de la zone OCDE dans les dépenses mondiales de R&D est ainsi passée de 90 % à 70 % en l’espace de dix ans. Dans cette zone, le taux de croissance annuelle des dépenses de R&D a été de 1,6 % entre 2008 et 2012, soit deux fois moins qu’entre 2001 et 2008. La cause de ce ralentissement est à rechercher dans le fait que les budgets publics de R&D ont stagné, voire fondu, dans un grand nombre de pays et que les entreprises ont continué de bouder l’investissement. À l’inverse, en Chine, les dépenses de R&D ont doublé entre 2008 et 2012.

En 2012, les dépenses intérieures brutes de R&D (DIRD) se sont élevées à 257 Md$ en Chine, contre 397 Md$ aux États-Unis et 282 Md$ dans l’UE-28.

Dans son rapport, l’OCDE attire l’attention sur le rétrécissement de la marge de manœuvre financière des pouvoirs publics. En effet, dans de nombreux pays, l’État n’est plus en mesure de puiser dans ses caisses pour compenser la baisse de la R&D d’entreprise comme il le faisait au plus fort de la crise.

Par ailleurs :

  • En 2012, les dépenses de R&D ont franchi la barre de 1 100 Md$ dans les pays de l’OCDE et se sont maintenues à 330 Md$ dans les BRIICS (Brésil, Russie, Inde, Indonésie, Chine et Afrique du Sud).
  • En 2012, avec des dépenses de R&D représentant 4,36 % de son PIB, la Corée a détrôné Israël (3,93 %) dans le classement mondial des pays à forte intensité de R&D, tandis que la moyenne de l’OCDE s’élevait à 2,40 %.
  • En 2013, les BRICS ont produit environ 12 % des publications scientifiques de haut niveau parues dans le monde contre 28 % pour les États-Unis et vu leur part pratiquement doubler en dix ans.
  • La Chine et la Corée sont désormais les destinations privilégiées des auteurs scientifiques venus des États-Unis et ont connu un apport net de matière grise entre 1996 et 2011.
  • En Europe, le paysage de la R&D est contrasté, certains pays se rapprochant des ratios R&D/PIB visés (Allemagne, Danemark), tandis que d’autres (Espagne, Portugal) sont de plus en plus à la traîne.
  • Dans la plupart des pays, 10 % à 20 % de la R&D d’entreprise est financée par les deniers publics, moyennant divers instruments d’investissement et objectifs chiffrés.

http://www.oecd.org/fr/presse/la-chine-est-en-chemin-pour-devancer-l-ue-et-les-etats-unis-en-depenses-de-recherche-scientifique-et-technologique.htm

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Une pensée sur “La Chine devrait bientôt devancer les États-Unis et l’UE en dépenses de recherche scientifique et technologique (OCDE)

  1. Très intéressant.
    Ce n’est pas surprenant, cette évolution est cohérente avec l’évolution du PIB et l’importance de la population. Il reste un facteur différenciant dans l’efficacité de ces dépenses.

Laisser un commentaire