Innovations pour la défense terrestre : un regard d’étonnement sur Eurosatory

Quel regard sur le salon Eurosatory qui s’est tenu la semaine dernière en banlieue parisienne ? Et quels étonnements ?

D’une façon générale, la qualité de ce salon, déjà le plus grand du monde dans sa catégorie, s’améliore. De plus en plus d’exposants, plus de 1800. De plus en plus de visiteurs, presque 60 000. Des circulations et cheminements améliorés. Une vraie ouverture au domaine de la sécurité, dont un mini-symposium fort intéressant sur la sécurité des JO 2024. Et, forcément car l’époque le veut, de l’ »innovation » à tous les croisements d’allées.

Au-delà de la présentation de matériaux de protection balistique, notamment pour le combattant, par de nombreux pays et avec de nombreuses solutions technologiques, (céramiques, tissées, ….,) trois sujets m’ont interpelé : les drones, le look des véhicules, le camouflage.

La place des drônes et robots

Le « petit » robot terrestre de Milrem associé à Nexter a eu les honneurs de la presse.

Des engins mixtes robots terrestres/drone aérien ont été présentés….

… ainsi que des petits drones…

Voires des drones « flottants », « amphibies » et « gonflables » !

http://diodon-drone.com/fr/, membre de l’accélérateur d’innovations Generate du GICAT ( https://www.gicat.com/generate-label-innovation-gicat/).

Mais l’un des clous du salon a été le Black Hornet du groupe américain Flir, ou plutôt la troisième version de son mini-drone de 33 grammes pour 16,8 cm de longueur. Il vise à donner au combattant débarqué un œil déporté. Il porte deux caméras embarquées, et transmet en temps réel des images en qualité HD jusqu’à 2 km de distance avec une autonomie de 25 min. Il se pilote simplement avec une petite poignée. Il aurait déjà été mis en oeuvre dans les forces françaises.

Voir reportage US sur https://www.youtube.com/watch?v=R9aS7LjRrNg .

Le look des véhicules blindés

Un autre étonnement est venu de l’apparence, du look, de certains véhicule, profilé ou caréné… ou pas, qu’il soit à roue…

… à chenille…

… ou amphibie, avec un look de bateau devant et de véhicule terrestre derrière… à moins que ce ne soit l’inverse.

Parfois même doté d’une couverture de camouflage…

Le camouflage

Car le camouflage est mon troisième étonnement. On connait le camouflage avec les peintures … de guerre  qui fleurit non seulement sur les textiles de ville mais aussi (et c’est bien leur origine) sur les tenues de combat …

…  mais aussi sur les véhicules. Rien d’innovant. Juste, là aussi, un look guerrier.

Mais, beaucoup plus innovant, on a vu aussi des présentations de camouflage adaptatif notamment par la DGA et Nexter. Le principe est d’avoir un revêtement bourré de capteurs capables d’analyser la couleur et la texture des éléments qui constituent le paysage environnant. L’algorithme embarqué en déduit le motif de camouflage optimal pour réduire la « saillance » de l’objet dans son environnement en est déduit et est appliqué par un réseau de tuiles enveloppant l’objet à cacher.

On a vu aussi une vraie innovation d’une PME de Pessac en Gironde, Olikrom, à l’origine d’une technologie de rupture basée sur des pigments intelligents capables de changer de couleurs en cas de modification de la lumière, de la température ou de la pression. Olikrom a été fondée en 2014 par un chercheur bordelais et vient de lever 4,5 M€ pour commencer l’industrialisation de ses encres et peintures intelligentes.

https://www.olikrom.com

https://www.usinenouvelle.com/editorial/en-images-a-eurosatory-l-armement-terrestre-joue-la-carte-de-l-innovation.N705444

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire