Innovation : malgré les efforts faits, la France perd du terrain.

Force est de reconnaître que la politique gouvernementale en matière d’innovation est stable, voire se développe, depuis quelques années. Et ce, avec une constance louable qui tranche avec les changements incessants qui pèsent sur les entreprises, par exemple en matière fiscale. Le discours est clair : l’innovation est le ressort du développement et de la compétitivité. Et ce ne devrait pas être le nouveau gouvernement qui infléchira cette position.

Certains outils perdurent tel le Programme des Investissements d’avenir (PIA) ou les pôles de compétitivité. D’autres outils sont créés (7 ambitions, 40 mesures, 34 plans, …). Ce qui ajoute au millefeuille. Et sans forcément que des nouveaux budgets soient ouverts. Chacun sait que chaque euro public dépensé peut s’afficher (s’affiche) avec plusieurs logos !

Mais la France part de loin, en particulier à cause de la désindustrialisation du pays.

Pour preuve le classement 2014 de « l’indice mondial de l’innovation » (http://global-indices.insead.edu/gii/), publié par l’université de Cornell (États-Unis), l’Insead et l’OMPI. La France y perd 2 places, passant de la 20ème à la 22ème place.

Les critères utilisés insistent sur les questions financières. Ce sont 143 pays qui sont classés grâce à 81 indicateurs portant notamment sur la qualité des principales universités, les possibilités de microfinancement ou encore les affaires du capital-risque pour une évaluation des capacités d’innovation et des résultats quantifiables. …

La Suisse reste première, place qu’elle occupe depuis 4 ans. Signalons que les dépenses intra-muros de R&D suisses ont augmenté de 13,5% entre 2008 et 2012 (18,5 Mds de francs suisses soit 15,2 Mds€ en 2012), voir le rapport « R&D suisse en 2012, finances et personnel » (http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.html?publicationID=5645). L’essentiel des dépenses y provient des « hautes écoles » et des entreprises privées, piliers de la recherche menée en Suisse. La recherche appliquée, dont les financements sont en progression, prend les devants, avec 41 % des dépenses engagées.

Dans l’Union Européenne, c’est le Royaume-Uni qui est en tête (2ème) devant la Suède (3ème), la Finlande (4ème, signalons d’ailleurs que la Finlande est le seul pays européens dont le niveau de dépenses publiques est supérieur à celui de la France (resp. 58,6% du PIB contre 56,8%) et les Pays-Bas (5ème). L’Allemagne est 13ème (mais gagne 2 places) et les États-Unis 6ème.

C’est la région de l’Afrique subsaharienne qui a connu la plus nette amélioration dans ce classement. En particulier, la Côte d’Ivoire se distingue en gagnant 20 places et l’Île Maurice se hisse en tête du classement régional (de 53èmeà 40ème). Sur 33 pays africains pris en compte, 17 ont amélioré leur classement, pays qui sont en passe de rejoindre la catégorie des ‘apprentis de l’innovation’, à savoir les économies qui obtiennent des résultats supérieurs d’au moins 10 % à ceux de leurs pairs pour leur niveau de produit intérieur brut.

L’évolution des dépenses de R&D dans le monde est inquiétante. Le rapport souligne que compte tenu de la baisse de la croissance des dépenses publiques en faveur de la recherche et du développement, et du fait que les entreprises hésitent toujours à investir dans ce domaine, on semble s’acheminer vers un fléchissement global de la croissance des dépenses de R&D dans le monde, un phénomène qui touche particulièrement les pays à revenu élevé. De plus, si les gouvernements ont effectivement intégré un nombre important de futurs projets de développement dans le domaine de l’innovation dans les mesures de relance adoptées en 2009, l’appui apporté à ces efforts semble s’être essoufflé dans certains pays, et ce, même si la plupart des pays pour lesquels on dispose de données continuent d’afficher une croissance positive des dépenses de recherche et développement en 2013 et 2014 mais essentiellement en Asie, notamment en Chine, en Corée du Sud et en Inde.

http://global-indices.insead.edu/gii/

http://innovation-2030.entreprises.gouv.fr/fr/

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire