France : Comment relancer le tissu productif ?

Malgré tous les efforts faits par les différents gouvernements, en, particulier via les dispositifs tels le PIA (programme d’investissement d’avenir), la France peine à renouveler son tissu productif.

1611-ofce-1Si la France est performante en matière de productivité, elle est « plombée » par les coûts salariaux, en particulier les charges patronales, avec une tendance constante à la hausse.

1611-ofce-5

1611-ofce-2

Comme le signale cette étude du Département Innovation et concurrence de l’OFCE, plus globalement, le diptyque « faiblesse structurelle des investissements productifs et en R&D–concurrence en prix de nos voisins » représente une réelle menace de décrochage de l’appareil productif français.

Pourtant, la France, malgré de très fortes subventions et un fort niveau de mesures fiscales (CIR, …), fait des efforts de R&D significatifs, toutefois plus faibles que les pays les plus innovants, comme l’Allemagne en termes de DIRDE, dépense intérieure de recherche et développement des entreprises (voire les niveaux comparés).

1611-ofce-4

Peut-on alors parler, pour la France, d’anémie persistante de son effort de recherche et de ses investissements productifs.

L’effort « jacobin » de recherche est-il bien utilisé ? … bien ciblé ?

Les futurs gouvernements devront trancher sur l’avenir du tissu productif français, entre d’un côté orienter le pays vers une économie de services aux entreprises, insérée dans la chaîne de valeur mondiale mais sans réelle spécialisation industrielle, et de l’autre, engager la spécialisation du pays vers des industries considérées comme des leviers importants de la compétitivité future du pays, comme l’énergie, l’aéronautique, et les industries liées à la santé. Une chose semble claire aujourd’hui : le redressement du tissu productif français a besoin de politiques bien plus ambitieuses que la simple mise en place d’incitations fiscales.

L’étude peut laisser penser que les effets des différents dispositifs « projets »  mis en place durant les dernière années, tels le PIA, n’ont pas encore conduit à des effets, au moins mesurables. Faut-il une politique de « grands travaux » de type gaullien ?

faizant-1960-297x300

Alors, pour répondre à la question posée par cette étude sur l’état du système productif français, absence de reprise ou véritable décrochage ?, il semblerait que l’Etat fasse ce qu’il faut en matière financière (subventions, crédits d’impôts, …), mais que les charges pesant sur les entreprises sont trop importantes par rapport à nos principaux concurrents.

Souvenons-nous que ce n’est pas l’Etat qui crée directement de la valeur, ce sont les acteurs économiques. Et qu’avant que l’Etat ne puisse redistribuer des richesses, il faut les produire !

https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2016/pbrief06.pdf

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *