Des programmes variés sur les conséquences du changement climatique

Le changement climatique a des conséquences dans tous les domaines. Les programmes de recherche sur l’examen de ses conséquences et la façon d’y remédier se multiplient. Citons-en trois récents.

L’Agence National de la Recherche est partie prenante d’un nouvel ERANET (European Research Area Network) Cofund ‐ Horizon 2020 sur les systèmes alimentaires et le climat qui a ouvert son appel transcontinental à des propositions de recherche dans le domaine des systèmes alimentaires et du climat. L’appel soutiendra la recherche fondamentale et appliquée et se concentrera sur les interactions entre le changement climatique et les systèmes alimentaires : évaluer les conséquences du changement climatique sur les marchés agroalimentaires et développer des chaînes de valeur alimentaires durables et résilientes dans le contexte de l’évolution des besoins et des modèles alimentaires (diètes).

Le projet de recherche DESARC-MARESANUS (DEcreasing Seawater Acidification Removing Carbon) aborde deux problèmes environnementaux de grande importance : l’augmentation de la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone (CO2) et l’acidification qui en résulte pour les océans. Une présentation des principaux résultats récents obtenus dans le cadre de ce projet a été faite début février, concernant un processus d’élimination du CO2 de l’atmosphère basé sur la gazéification de la biomasse pour produire de la chaux qui, répandue dans les océans, permet de diminuer leur acidité générant également des sous-produits énergétiques décarbonés tels que l’hydrogène. le projet Desarc-Maresanus, développé par l’École polytechnique de Milan, teste un procédé basé sur un largage en mer Méditerranée de millions de tonnes de chaux éteinte. Ce composé agit doublement : il tempère l’acidité de l’eau et augmente le piégeage du CO2. Le bilan de la première année d’étude est plutôt positif. Il montre qu’il est possible de confier aux navires ordinaires (cargos et paquebots) la dissémination de la chaux.

La NASA et les Nations Unies s’associent pour une plus grande intégration de l’imagerie spatiale dans l’aide aux décisions relatives à la biodiversité, fortement impactés par le changement climatique. Pour aider les décideurs à élaborer des solutions de développement durable fondées sur des données, le PNUD, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB) ont lancé le UN Biodiversity Lab. Le UN Biodiversity Lab est une plateforme en ligne qui permet aux décideurs et autres parties prenantes d’accéder aux couches de données mondiales, de télécharger des ensembles nationaux de données et d’analyser ces ensembles de données en combinaison pour fournir des informations clés sur la biodiversité et sur les objectifs de développement durable fondés sur la nature. 

https://anr.fr/fr/detail/call/systemes-alimentaires-et-climat-fosc/

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2020-02/pdm-rcf021020.php

https://www.lepoint.fr/sciences-nature/sciences-de-la-chaux-pour-eliminer-le-co2-de-l-atmosphere-23-02-2020-2364009_1924.php

https://www.france-science.org/La-NASA-et-les-Nations-Unies-s.html?mc_cid=ac9f59c630&mc_eid=a717bf52a3

https://arset.gsfc.nasa.gov/land/webinars/un-biodiversity-2020/fr?utm_source=social&utm_medium=ext&utm_campaign=UN-BIO-FR

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *