Débrider l’innovation : enjeux pour les entreprises et l’emploi, défi pour les politiques publiques

La CCI Paris Ile de France vient de publier un rapport Débrider l’innovation : enjeux pour les entreprises et l’emploi, défi pour les politiques publiques.

Constats. Capacités. Espoirs. Propositions. Actions. Recommandations. Tant pour l’écosystème que pour elle même.

logo-ccip_0

Ce rapport s’appuie sur une série d’entretiens qualitatifs approfondis avec une cinquantaine de dirigeants d’entreprises, une enquête quantitative auprès de 6000 entreprises, et des auditions d’experts institutionnels et d’acteurs de l’appui de la CCI Paris Ile-de-France. Il présente les nouvelles pratiques des entreprises qui innovent et leur vision sur leur écosystème. De ces travaux, émergent 12 actions-clés (voir ci-dessous) qui constituent pour une part les propositions que la CCI Paris Ile-de-France adresse aux pouvoirs publics, et pour une autre part, les actions qu’elle conduit ou conduira prochainement.

Signalons en particulier que la CCI Paris Ile-de-France estime que les EPIC (établissements publics à caractère industriel et commercial) dont fait partie le CEA, très performant en matière d’innovation au travers notamment du Leti, bénéficient d’un régime plus souple que les EPST pour répondre aux évolutions du marché avec agilité, y compris en matière de ressources humaines. Dans un EPIC, les chercheurs sont salariés de droit privé et peuvent exercer des activités également orientées vers les applications de la recherche.

S’agissant des relations entre les mondes académique et économique, les collaborations de R&D entre entreprises et organismes publics de recherche constituent une clé majeure pour dynamiser l’écosystème français d’innovation. Si les échanges se sont multipliés ces dernières années sous l’impulsion de politiques publiques incitatives, ils restent insuffisants au regard des bénéfices attendus en termes de nouveaux produits répondant aux attentes du consommateur. La prise de conscience par un nombre grandissant d’entreprises de l’intérêt d’un processus ouvert de l’organisation de la R&D impliquant de nombreux partenaires, parmi lesquels les laboratoires de recherche publics, peut débrider l’innovation si parallèlement le cadre de la recherche publique devient plus agile et attractif.

La CCI souhaite renforcer l’articulation entre la recherche et l’innovation en valorisant davantage le parcours des chercheurs en entreprise dans le cadre de leur évaluation. L’insuffisante attractivité de la recherche française est perceptible à trois niveaux : la reconnaissance du chercheur, sa rémunération et ses conditions de travail. Le niveau de rémunérations comme les conditions de travail dans la recherche doivent impérativement rattraper les standards internationaux.

Le rapport suggère aussi d’accompagner les PME dans le montage des partenariats avec des laboratoires publics. Les PME sont peu habituées à travailler avec des laboratoires publics et les montages financiers de ces partenariats en matière de propriété intellectuelle comme le recours aux aides publiques dont elles peuvent bénéficier dans ce cadre, supposent des compétences souvent non présentes dans l’entreprise ou non mobilisables.

Propositions de la CCI Paris Ile-de-France adressées aux pouvoirs publics :

  • Apporter un appui à la mise sur le marché, en élargissant le champ d’action des structures d’accompagnement et en y développant la dimension «marché»,
  • Renforcer l’articulation entre recherche et innovation,
  • Rendre les marchés publics d’innovation plus accessibles,
  • Sanctuariser le CIR et le faire évoluer en un sens plus favorable aux PME,
  • Stimuler le financement privé de l’innovation, notamment en facilitant la création de sociétés de business angels, et en relevant la levée de fonds maximum par crowdfunding,
  • Rationaliser les dispositifs de soutien à la recherche public-privé, en les simplifiant pour cibler davantage les PME,
  • Mieux articuler les pôles de compétitivité et les écosystèmes en général.

Actions de la CCI Paris Ile-de-France :

  • Développer l’innovation immatérielle résultant de l’importance croissante du digital, du design et de la création à travers des actions d’appui et de formation auprès des PME,
  • Former les acteurs publics et les entreprises à l’achat innovant pour permettre aux PME de trouver plus facilement des débouchés à leurs nouveaux produits,
  • Rendre plus accessible l’offre de BPI France pour qu’un plus grand nombre d’entreprises identifie les aides auxquelles elles peuvent prétendre et bénéficient de ses services,
  • Doper les dispositifs d’accompagnement au développement des entreprises en clarifiant les missions de chaque acteur, dans le cadre d’une stratégie régionale d’ensemble,
  • Mettre en place des vitrines territoriales et des lieux d’exposition permanents pour mieux faire connaitre aux entreprises et consommateurs les nouveaux produits issus des entreprises régionales.

Chiffres-clés

Principaux motifs d’abandon des projets innovants en cours de développement par les PME franciliennes :

  • 61% par manque de financement
  • 40% par manque de partenaires
  • 34% car ce n’est plus pertinent avec les dernières attentes du marché
  • 33% par manque de temps

Nombre de business-angels :

  • 4000 en France
  • 40 000 au Royaume-Uni
  • 500 000 aux Etats-Unis

Aides à l’innovation : 94% des entreprises franciliennes ayant cherché à innover en 2013 n’ont pas bénéficié d’aides à l’innovation

R&D et innovation en France :

  • 6e rang mondial en matière de R&D (45 milliards d’euros, soit 2,26 % du PIB)
  • 17e rang mondial en matière d’innovation

http://www.cci-paris-idf.fr/etudes/mutations-contemporaines/innovation/debrider-innovation-etudes

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *