« Certificat d’innovateur » : de l’importance des critères

Le magazine économique américain Forbes a récemment publié sa 4ème édition du classement annuel des « 100 entreprises les plus innovantes » dans le monde. Huit entreprises françaises, au premier rang desquelles Hermès International apparaît en 13ème position, figurent dans ce Top 100, dominé par des entreprises américaines, la première du classement étant le groupe californien Salesforce, spécialiste de la gestion informatique des relations clients.

Mais la particularité de ce classement est qu’il utilise comme critère une « mesure » financière de la capacité à innover. Il s’appuie en effet sur l’avis des investisseurs quant aux entreprises les plus susceptibles d’innover, à partir d’une analyse financière conduisant à calculer une « prime d’innovation » pour chaque entreprise. Il ne s’appuie donc pas sur les critères classiques tels les dépenses de R&D ou les dépôts de brevets.

Avec 39 entreprises représentées, les États-Unis prédominent dans le top 100 (6 dans le top 10). La France vient ensuite au 2ème rang ex aequo avec le Japon. L’Europe (Suisse comprise) totalise 29 entreprises et l’Asie 26.

Pour mémoire, les huit entreprises françaises apparaissant dans le top 100 des « entreprises les plus innovantes » sont, avec leur classement :

  • 13 :         Hermès International
  • 29 :         Iliad
  • 49 :         Essilor International
  • 50 :         Bureau Veritas
  • 56 :         Dassault Systèmes
  • 69 :         Pernod Ricard
  • 86 :         Danone
  • 89 :         Sodexo

http://www.forbes.com/innovative-companies/

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Une pensée sur “« Certificat d’innovateur » : de l’importance des critères

Laisser un commentaire