7 axes de travail pour la French Tech Montpellier

Au delà du développement du mikado institutionnel en matière d’innovation et des déclarations politiques, il est intéressant de voir ce qui est effectivement mis en place sur le terrain (voir aussi les projets concrets retenus pour le concours mondial d’innovation site). La présentation de la feuille de route de la French Tech Montpellier nous en donne l’occasion.

Montpellier french tech

Les sept groupes de travail de la French Tech Montpellier ont présenté les actions qui seront menées par l’écosystème économique local pour permettre la croissance et le développement des start-up. Rassemblées au sein de la feuille de route 2015, ces actions se déclinent en sept axes de travail :

  • Favoriser l’accélération des TPE et PME innovantes. Cet axe, défini comme l’un des trois leviers d’action au niveau national, vise à accompagner les entreprises innovantes vers la croissance. Le groupe de travail a pour objectif cette année de donner une lisibilité globale à l’offre d’accélération sur le territoire, en positionnant ces dispositifs, et de favoriser les rencontres entre accélérateurs nationaux et start-up locales.
  • Soutenir les entreprises en hypercroissance. Pour cela, Montpellier Méditerranée Métropole lance un appel à candidatures pour bénéficier du « Pass French Tech », outil développé au niveau national. Les lauréats pourront bénéficier d’un accès facilité aux principaux acteurs de l’aide au développement économique. Les start-up ont jusqu’au 8 mai pour déposer leur candidature sur le site dédié ( http://www.entreprendre-montpellier.com ). Le jury se réunira le 28 mai pour sélectionner les cinq premiers lauréats régionaux. Un second jury est prévu à l’automne.
  • Permettre l’accès au marché en facilitant les rencontres entre les grands groupes, les start-up et les PME innovantes. Les grands groupes peuvent ainsi détecter au plus tôt une innovation ou une « discrimination technologique » tandis que les PME y voient de nouveaux marchés à conquérir.
  • Favoriser le recrutement des start-up et développer l’esprit d’entreprendre. Des événements grand public sont prévus pour donner de la visibilité aux start-up et faciliter leurs recrutements mais aussi pour sensibiliser les étudiants à l’entrepreneuriat.
  • Développer le « Digiworld Summit » à l’international et impliquer les start-up locales. L’objectif vise à faire du Digiworld Summit un événement international phare en France, en intensifiant la Digiworld Week développée autour du colloque. Ce forum organisé par le think tank Idate (anciennement Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe) attire chaque année 1 200 décideurs du numérique, dont 15 % d’internationaux.
  • Favoriser l’internationalisation des start-up locales. En complément des opérations de promotion nationales, le conseil de la French Tech Montpellier veut accompagner opérationnellement et dans la durée les entreprises locales dans leurs démarches à l’export. Le développement des accords économiques internationaux de Montpellier Méditerranée Métropole et l’organisation de missions collectives (participation à des salons, mission de prospections internationales) par Montpellier Méditerranée Métropole ou Sud de France Développement sont des premiers leviers.
  • Faire du numérique une source d’innovation et de compétitivité pour les secteurs traditionnels. Montpellier Méditerranée Métropole s’engage pour proposer un territoire d’expérimentation dans les conditions du réel (living lab) nécessaire à ces développements.

Rappelons que « French Tech » désigne tous ceux qui travaillent dans ou pour les start-up françaises en France ou à l’étranger, les entrepreneurs en premier lieu, mais aussi les investisseurs, ingénieurs, designers, développeurs, grands groupes, associations, medias, opérateurs publics, instituts de recherche… qui s’engagent pour la croissance et le rayonnement international des start-up. Les financements de l’Initiative French Tech dédiés aux accélérateurs (200 M€) et à l’attractivité internationale (15 M€) s’inscrivent dans le Programme d’investissements d’avenir. Dans ce cadre, l’opérateur est la Caisse des dépôts qui s’appuie sur Bpifrance pour l’investissement dans les accélérateurs et sur Business France pour les investissements internationaux pour la promotion internationale. La marque ouverte « La French Tech », emblème de tous les acteurs français de la scène tech, est aussi associée à une démarche de labellisation d’écosystèmes remarquables en régions, appelés « Métropoles French Tech ».

La mission French Tech déploie sur l’ensemble des 9 « Métropoles French Tech » le dispositif « Pass French Tech » pour accompagner les entreprises à très fort potentiel. Montpellier Méditerranée Métropole est sélectionnée pour être l’opérateur en Languedoc-Roussillon.

Le conseil de la French Tech Montpellier est une « gouvernance collaborative » réunissant 22 représentants du secteur économique. Il regroupe dix entreprises du territoire, cinq acteurs de la formation et de l’accompagnement, quatre financeurs et trois pouvoirs publics (Direccte, conseil régional, métropole). Rappelons aussi que la région Languedoc-Roussillon rassemble 1 360 entreprises numériques et 15 000 emplois dans ce domaine. Elle enregistre une croissance de l’emploi dans ce domaine de 2,2 %, entre 2008 et 2012, au niveau régional (-0,5 % au niveau national) et une progression de 6,3 % en nombre d’établissements.

http://www.montpellier-agglo.com/actualite/le-conseil-de-la-french-tech-montpellier-présente-sa-feuille-de-route-2015

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *