And the winner is… l’ENS !

Identifier les établissements d’enseignement supérieur qui, historiquement, produisent un impact majeur. Tel a été l’objectif d’une étude de 2 chercheurs américains (Nature). Il ont recensé les 81 institutions dans le monde dont au moins trois anciens étudiants ont reçu un Nobel (chimie, médecine, physique, économie) entre 1905 et 2015 puis rapporté ce nombre de Nobel au nombre total de leurs diplômés.

161017-ens-nobel

Maurice Jarnoux/Paris Match/Getty

C’est l’ENS qui arrive en tête et qui est donc la première institution au monde pour la proportion de Nobel parmi ses anciens étudiants. L’ENS (score de 0,00135) est très loin devant le 2ème, Caltech (score de 0,00067) et le 3ème, Harvard (score de 0,00032), l’Ecole Polytechnique arrivant 6ème (score de 0,00025) avec un score similaire à ceux de Cambridge et du MIT.

Top Nobel-producing undergraduate institutions

Rank School Country Nobelists per capita
1 École Normale Supérieure France 0.00135
2 California Institute of Technology US 0.00067
3 Harvard University US 0.00032
4 Swarthmore College US 0.00027
5 Cambridge University UK 0.00025
6 École Polytechnique France 0.00025
7 Massachusetts Institute of Technology US 0.00025
8 Columbia University US 0.00021
9 Amherst College US 0.00019
10 University of Chicago US 0.00017

Source: Jonathan Wai & Stephen Hsu

Toutefois, les performances de la France ont décliné au cours du temps. US universities, which now make up almost half of the top 50 list, began to dominate after the Second World War. Whereas French representation in the Nobel ranks has declined over time, top-ranked ENS has remained steady in its output.

Remarquons que parmi les anciens élèves de l’ENS, on compte aussi la totalité des dix Médailles Fields françaises, plus de la moitié des Médailles d’or du CNRS et plusieurs centaines d’académiciens.

Remarquons aussi que l’excellente position de l’ENS, grande école s’il en est, est un hommage à son processus sévère de sélection de ses étudiants. Le critère utilisé est le ratio entre le nombre de prix Nobel et le nombre d’étudiants diplomés. Mathématiquement, le score est autant dû au (fort) nombre de Nobel qu’au (faible) nombre d’étudiants rigoureusement sélectionnés. Intéressant à une époque où, pour beaucoup, big is beautiful et où est est défendu le droit à la poursuite d’étude en master…

Pour l’anecdote, il semblerait que ce soit le vétérinaire et microbiologiste français Gaston Ramon (1886—1963), développeur d’un vaccin contre la diphtérie, qui soit champion du monde (malheureux) des nominations sans prix. Il aurait été bénéficiaire de 155 nominations sans jamais avoir le prix !

web_gettyimages-55757693

LAPI/Roger Viollet/Getty Images

http://www.nature.com/news/where-nobel-winners-get-their-start-1.20757

http://www.nature.com/news/close-but-no-nobel-the-scientists-who-never-won-1.20781

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

Une pensée sur “And the winner is… l’ENS !

Laisser un commentaire