Energies marines renouvelables : 10 projets dotés par le PIA

La France bénéficie d’un fort potentiel pour le développement des énergies marines renouvelables du fait de sa situation géographique en métropole comme en Outre-Mer. L’exploitation de ce potentiel au service de la transition énergétique et de la croissance bleue nécessite un accompagnement pour amener les technologies à maturité et structurer les filières industrielles.

Dans ce contexte, l’Agence nationale de la recherche (ANR) avait lancé en juillet 2015 un appel à projets sur les énergies marines renouvelables dans le cadre de l’action Instituts pour la transition énergétique du Programme des investissements d’avenir (PIA).

LOGO_JERICO_QUADRICet appel à projets a été mené en liaison étroite avec France énergies marines (FEM), conformément à sa feuille de route, qui s’inscrit en cohérence avec le Strategic Energy Technology Plan européen et dans l’objectif de bâtir à terme avec les acteurs de France énergies marines un institut disposant d’une base technologique forte. L’ambition est le développement de la filière française des énergies marines renouvelables par l’établissement de connaissances et d’outils pré-compétitifs de recherche amont et industrielle.

Les 10 lauréats viennent d’être désignés. Ces 10 projets sont portés par des industriels, des organismes de recherche, ou par des consortiums associant des PME et des laboratoires de recherche publics. Ils représentent un investissement total de 9,689 M€ et un montant total d’aides du PIA de 4,084 M€.

Les principales thématiques couvertes par ces projets sont la caractérisation des sites, la modélisation et l’évaluation des impacts environnementaux et le développement des technologies. La réalisation de ces projets permettra la constitution d’un socle de compétences et l’acquisition de données stratégiques pour le développement de l’ensemble de la filière.

1601 PIA2 EMR
Illustrons (source SHOM) l’un des projets lauréat, le projet PHYSIC (Processus HYdro-Sédimentaire en Interactions avec des Courants extrêmes) dont le pilote est le SHOM. Il vise à caractériser la dynamique des sédiments grossiers dans le Raz Blanchard, une des zones retenues pour l’intensité de ses courants de marées (courbe en rouge dans le schéma ci-dessous représentant la puissance (en GW) des 3 sites majeurs, pour lequel il faut d’ailleurs noter que la Bretagne a adopté le Raz Blanchard, situé à la pointe nord-ouest de la presqu’île du Corentin ! Quand on aime…).

1601 Puissances GW

1601 Courants de marée

A une profondeur de 26 m, soit proche du fond, la vitesse maximale des courants de marée est de 4,5 m/s ! Compte tenu de la nature du fond (cailloutis et galets), au moins 1 galet par mètre linéaire transite dans le Raz Blanchard toutes les 10 mn !!

1601 CaillousOn comprend alors qu’il est particulièrement important de connaître les caractéristiques physiques du Raz Blanchard (courants, sédiments, …) pour éviter des dégâts importants aux hydroliennes qui y seront placées !

Après le succès de cette première édition, un nouvel appel à projets d’un montant de 3 M€ sera lancé par l’ANR au premier trimestre 2016. Au total, une enveloppe de 10 millions d’euros sur trois ans a été prévue pour soutenir le développement des énergies marines renouvelables dans ce cadre.

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid96976/energies-marines-renouvelables-10-projets-laureats-pour-10-millions-d-euros-d-investissement-en-recherche-et-innovation.html

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Mettez-le en favori avec son permalien.

2 pensées sur “Energies marines renouvelables : 10 projets dotés par le PIA

  1. Merci Laurent de ce commentaire.
    Je n’ai parlé que des résultats d’un appel d’offre spécifique autour de la production d’hydroélectricité.
    Le projet dont tu parles pourrait « émarger » sur d’autres dispositifs, tel l’appel à projets « navires du futur » (2015) qui est en cours pour une clôture le 1er octobre 2016, sur les aides aux investissements pour des navires économes, propres et durables, sûrs et intelligents.
    Tu peux te rapprocher du Corican ou des pôles de compétitivité Mer (Bretagne ou Méditerranée), voire du Cluster maritime français.
    Amitiés.

  2. Bonjour Michel,
    Merci pour cette synthèse. Suis surpris que rien ne concerne l’utilisation de l’énergie marine pour une utilisation mobile (ex. bateaux de pêche). Me suis laissé séduire par un projet canadien visant à effectuer un retrofit des bateaux de pêche de 40m (passage du diesel à l’électrique) en récupérant l’énergie de la vague à bord du bateau, ce qui est jouable pour 3 millions Can$ par bateau (économie en diesel: 1 million Can$ par an). Qui en France pourrait s’intéresser à une autonomie illimitée et à un retour sur investissement de 3 ans avec et enfin des technologies propres sur l’eau?
    Bien à toi,
    Laurent H. Selles

Laisser un commentaire