Avr 21

Une stratégie nationale pour la Culture scientifique, technique et industrielle

Grâce aux acquis de la science et au partage de la démarche scientifique, éclairer nos concitoyen(ne)s, leur donner des moyens de développer et de renforcer leur curiosité, leur ouverture d’esprit, leur esprit critique, et lutter contre le prêt-à-penser.

Tel est l’ambition de la stratégie nationale de culture scientifique, technique et industrielle que Dominique Gillot, sénatrice du Val d’Oise et présidente du conseil national de la culture scientifique technique et industrielle (C.N.S.T.I.) a récemment remis à Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, et Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche.

D Gillot

Cette stratégie nationale donne des orientations aux actions de développement de la culture scientifique, technique et industrielle et fédère tous les acteurs concernés autour de grandes priorités nationales. Elle complète la stratégie nationale de recherche.

1703 SNCSTI

D’ores et déjà, elle s’appuie sur de nombreux acteurs et avec des moyens d’action divers.

SNSCTI 2 SNCSTI 3

Elle définit cinq orientations stratégiques :

  • faire mieux connaitre les acteurs et favoriser leur reconnaissance mutuelle ;
  • développer la connaissance du numérique et ses usages ;
  • renforcer le débat démocratique et l’appui aux politiques publiques ;
  • faire découvrir la démarche scientifique au plus grand nombre ;
  • partager la culture de l’innovation et la connaissance du patrimoine technique et industriel.

Cette stratégie est fondée sur 4 principes :

  • Bien commun : des orientations communes pour les acteurs
  • Qualité : qualité scientifique, de la médiation, de la relation avec le public
  • Appropriation : chaque acteur la prend en compte selon ses objectifs et ses possibilités
  • Subsidarité : responsabilité de chaque acteur de la CSTI à son niveau d’intervention

Elle met en avant 4 enjeux sociétaux :

  • Culturel : conforter notre culture commune et créer du lien
  • Démocratique : éclairer le débat public et les choix politiques
  • Éducatif : former les jeunes citoyen(ne)s
  • Social : favoriser les facteurs d’inclusion

Elle fixe aussi 4 thématiques transversales fondées sur les priorités de l’Etat qui s’intègrent à 5 orientations stratégiques visant à renforcer la CSTI.
1703 SNCSTI 2

Enfin, elle liste des objectifs et des actions (reprises ci-dessous) selon ces 5 orientations :

Orientation 1 Connaissance et reconnaissance des acteurs

  • Étudier le champ de la CSTI: recueillir des données, mener des études, développer des outils de connaissance du secteur, mener des recherches…
  • Développer le partage d’expériences et de bonnes pratiques Former les médiateurs, les médiatrices et les relais
  • Évaluer l’impact des actions menées au regard des objectifs et le rapport effort / résultats obtenus
  • Communiquer vers les décideurs et les acteurs économiques

Orientation 2 : Numérique : connaissance et usages

  • Développer les partenariats avec les différents types de médias
  • Accompagner la transition numérique dans les institutions de culture scientifique, les associations, les tiers lieux…
  • Proposer aux citoyens des séquences de formation interactives à l’utilisation d’un ordinateur et d’internet partout où cela s’avère nécessaire
  • Former les citoyens à la découverte des sciences numériques
  • Développer des sessions d’entraînement à la lecture critique des informations et à l’expression sur le web et les réseaux sociaux
  • Favoriser / soutenir les start-up exerçant dans le champ de la CSTI

Orientation 3 : Débat démocratique et appui aux politiques publiques

  • Exprimer en langage accessible les résultats des études et analyses scientifiques sur des sujets de société et les mettre à disposition de tous sur des plateformes ad hoc
  • Multiplier et soutenir les initiatives mettant en relation scientifiques, citoyens et élus : opérations de CSTI, débats publics, forums, jeux, etc.
  • Favoriser l’accès des docteurs aux fonctions d’encadrement de la fonction publique d’État et de la fonction publique territoriale
  • Développer la formation et l’information des décideurs des administrations et des entreprises
  • Constituer un réseau de citoyennes et citoyens concernés par ou engagés dans la CSTI

Orientation 4 : Démarche scientifique partagée par la société

  • Mettre en place / soutenir les formations à la médiation scientifique et au débat public auprès des relais et des prescripteurs
  • Mettre à disposition des scientifiques et des citoyens des tiers lieux d’échange, de débat, de partage
  • Renforcer la formation des élèves à l’esprit critique dans et hors du cadre scolaire
  • Déployer ou contribuer au déploiement de projets de sciences participatives
  • Développer ou soutenir et développer les modes de médiation permettant l’interaction
  • Développer, dans et hors du cadre scolaire des dispositifs et des actions qui soutiennent les enseignements scientifiques

Orientation 5 : Culture technique, industrielle et innovation

  • Etablir un point de situation sur les actions développées en matière de culture technique et industrielle
  • Établir ou renforcer la relation avec les institutions portant réflexion en matière d’innovation
  • Travailler avec des prospectivistes sur des scénarii d’évolution future des activités, des métiers, et les impacts sociétaux de ces évolutions…
  • Développer des plateformes web permettant de réunir des informations, de créer des MOOC, de développer des bases de données
  • Resserrer les liens avec l’enseignement professionnel et former les ensei- gnants à la culture technique et industrielle
  • Favoriser ou développer les actions centrées sur l’expérimentation et le « faire »
  • Élaborer sur la culture technique des outils de médiation à large di usion et réaliser un plan de communication à destination des acteurs

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/CSTI/57/9/SNCSTI_Synthese_728579.pdf

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Avr 14

10 technologies de rupture selon le MIT

Une fois n’est pas coutume, qu’il me soit permis en cette période pascale de reprendre tel quel (en anglais) un article de la MIT Technology Review qui présente 10 technologies de rupture. Les domaines sont variés (transport, énergie, usages du numérique,…) mais biologie-santé en génère 3 (redonner la mobilité à un paralysé, thérapie génique 2.0, atlas des cellules).

Reversing Paralysis

Scientists are making remarkable progress at using brain implants to restore the freedom of movement that spinal cord injuries take away

17MIT 1

Self-Driving Trucks

Tractor-trailers without a human at the wheel will soon barrel onto highways near you. What will this mean for the nation’s 1.7 million truck drivers?

 


17MIT 2

Paying with Your Face

Face-detecting systems in China now authorize payments, provide access to facilities, and track down criminals. Will other countries follow?



17MIT 3

Practical Quantum Computers

Advances at Google, Intel, and several research groups indicate that computers with previously unimaginable power are finally within reach.



17MIT 4

The 360-Degree Selfie

Inexpensive cameras that make spherical images are opening a new era in photography and changing the way people share stories.



17MIT 5

Hot Solar Cells

By converting heat to focused beams of light, a new solar device could create cheap and continuous power.


17MIT 6

Gene Therapy 2.0

Scientists have solved fundamental problems that were holding back cures for rare hereditary disorders. Next we’ll see if the same approach can take on cancer, heart disease, and other common illnesses.

 


17MIT 7

The Cell Atlas

Biology’s next mega-project will find out what we’re really made of.

 

17MIT 8

Botnets of Things

The relentless push to add connectivity to home gadgets is creating dangerous side effects that figure to get even worse.

 


17MIT 9

Reinforcement Learning

By experimenting, computers are figuring out how to do things that no programmer could teach them.


17MIT 10

https://www.technologyreview.com/lists/technologies/2017/

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Avr 05

Répondre à l’innovation disruptive

Ah, l’« uberisation » de la société… Que de bêtises n’a t’on pas dit en ton nom !

L’arrivée d’Uber dans le secteur des mobilités a engendré l’apparition de 12 000 VTC en trois ans en Île-de-France. Airbnb et Abritel offrent respectivement 176 000 et 74 000 hébergements en France. Demain, cette vague touchera d’autres secteurs (santé, banque, transport sans chauffeur, …).

1701 ID2

Une vague d’innovations, portée par le numérique, déferle, créant de nouveaux marchés et en modifiant profondément d’autres.

Ces innovations disruptives bouleversent l’économie : les premiers acteurs arrivés peuvent acquérir des positions dominantes décisives et faire disparaître d’autres marchés et leurs acteurs. Les pouvoirs publics n’ont pourtant pas encore de doctrine claire sur ces ruptures, alors même qu’une position attentiste pourrait avoir un coût économique et social considérable et conduirait à une perte de compétitivité et de souveraineté.

France Stratégie, qui vient de voir Michel Yahiel arriver à sa tête, lance un nouvel exercice pour éclairer le débat en amont de l’élection présidentielle en offrant, sur une quinzaine de questions, des options pour des actions à conduire au cours des prochaines années.

Ce projet « 2017-2027 » vise à analyser les enjeux de la prochaine décennie, examiner les grands choix qui s’imposent au pays et les orientations qui s’offrent à lui. Après la publication de 13 notes d’enjeux, France Stratégie présentera d’ici le mois de février une quinzaine d’actions critiques.

1701 ID 1

Selon France Stratégie, pour assurer une capacité d’innovation au niveau national et faciliter l’adoption de nouveaux usages, l’État doit se doter de mécanismes de réponse à la disruption. Deux options sont envisageables.

Option 1 : Recourir à l’expérimentation, une transformation par essai et erreur

Option 2 : Définir une régulation souple qui laisse l’initiative aux innovateurs

Le choix pourrait se faire secteur par secteur, en fonction du degré d’innovation requis. Quelle que soit l’option choisie, un partage de données avec les administrations sera nécessaire pour préparer l’évolution de la réglementation à l’issue de la phase de déploiement, avec pour objectif, selon les cas, de favoriser une diffusion rapide de l’innovation ou un meilleur contrôle de ses effets.

http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/2017-2027-actions-critiques-innovation-disruptive-ok.pdf

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire
Mar 30

Un atlas des brevets comme outil de référence

Un atlas des brevets vient d’être lancé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) et l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Son objectif est de mettre à disposition du grand public des informations sur l’activité de recherche et d’innovation en France notamment grâce à une analyse territoriale du nombre de brevets.

Il présente :

  • des données pour caractériser l’activité de recherche et d’innovation
  • un site web interactif
  • des données et cartes en open data
  • un engagement en faveur de l’entrepreneuriat et de l’innovation
  • une vidéo sur les brevets en France

Il couvre l’activité des inventeurs français et des déposants à l’origine des demandes de brevet publiées par la voie nationale ou par la voie européenne. Il propose pour cela :

  • un ensemble d’indicateurs géolocalisés et de graphiques interactifs permettant de caractériser les territoires au travers de leur production de brevets : nombres de brevets, de déposants publics et privés ;
  • des indicateurs sur les inventeurs différenciés femmes-hommes;
  • des répartitions technologiques par grands domaines et domaines émergents ;
  • des représentations cartographiques: près de 150 cartes nationales ou régionales caractérisent la production technologique locale d’un ensemble géographique allant de la commune à la France entière, identifiant ainsi les forces des différents territoires ;
  • un historique de 2003 à 2015. L’atlas sera actualisé selon un rythme annuel.

L’ensemble des données et des cartes de l’atlas des brevets sont réutilisables selon la licence ouverte, et également mises à disposition depuis la plateforme open data Enseignement supérieur et Recherche du ministère.

Illustrons cet atlas par quelques cartes :

  • sur la parité des inventeurs …

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_HF_Pa

 

  • sur la répartition géographique globale des inventeurs…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_Pa

  • sur la répartition géographique globale des déposants…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Dep_Pa

  • zoom dans le domaine électronique-électricité…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_100_Pa

  • zoom plus précis dans les techniques d’informatique…

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_106_Pa

  • zoom plus précis dans le sous-domaine des transmission d’informations numériques

Brevets_1113_Map_FRCom_Nb_Brev_Inv_104_Pa

L’atlas des brevets complète l’application scanR qui présente une cartographie « Recherche et Innovation » des laboratoires publics et des entreprises en France.

<http://atlasdesbrevets.esr.gouv.fr/Accueil/fr/>

Sur ScanR : http://science-innovation-developpement.com/recherche-en-france-quelle-depense-et-qui-fait-quoi/

Publié dans Uncategorized | 1 Commentaire
Mar 23

Le CIR renforce les PME françaises et soutien l’attractivité des territoires

ACIES Consulting Group, cabinet de conseil spécialisé en Recherche et Innovation, a publié fin 2016 l’édition 2016 de son Observatoire du CIR.

Cette étude dévoile pour la première fois que le dispositif a fortement encouragé les PME françaises sur le marché européen, qui sont de plus en plus innovantes, contrastant nettement avec l’évolution contraire constatée dans le reste de l’UE. Elle démontre également que les dépenses de R&D des filiales étrangères implantées en France ont augmenté de 67 % entre 2007 et 2013. Après une phase de forte croissance, le CIR est entré dans une phase de consolidation de ses acquis, l’intensité de recherche et l’embauche de chercheurs se maintenant à un niveau élevé. Il reste un élément indispensable pour la compétitivité de notre territoire dans un contexte toujours plus concurrentiel où les dispositifs internationaux de soutien à la R&D sont de plus en plus nombreux.

N’en déplaise à tous les esprits chagrins, opposants au CIR :

  • les entreprises financent de plus en plus la recherche publique …

1702 CIR 9

1702 CIR 8

  • les entreprises recrutent de plus en plus de chercheurs …

1702 CIR 10

1702 CIR 11

  • le CIR bénéficie en très grandes majorité aux PME …

1702 CIR 12

Le CIR : un socle à fort enjeu…

  • 5,7 Md€ de soutien aux entreprises (créance de CIR 2013).
  • 30 % de réduction des coûts de la recherche.
  • Un remboursement du CIR pour les PME.
  • Un taux de financement des PME 2,5 fois supérieur à celui des grandes entreprises.

…largement diffusé auprès des entreprises, de leurs équipes et partenaires…

  • 22 830 entreprises déclarent du CIR, dont 91 % des bénéficiaires sont des entreprises de moins de 250 salariés.
  • 3 445 entreprises sont également soutenues pour leurs dépenses d’innovation.
  • 3 279 entreprises collaborent avec les universités ou organismes publics de recherche.
  • 1 539 entreprises embauchent des jeunes docteurs.
  • 161 769 chercheurs (ETP) sont directement concernés par le CIR.

…qui a créé une réelle dynamique

  • +6,9 Md€ par an de dépenses de recherche, soit une augmentation de 28 % depuis 2007.
  • 2,8 fois plus de projets d’investissements étrangers entre 2007 et 2015.
  • +67 % de dépenses de recherche de filiales étrangères implantées en France depuis 2007.
  • 2,4 fois plus d’entreprises qui collaborent avec la recherche publique depuis 2007.
  • 3,5 fois plus d’entreprises qui embauchent des jeunes docteurs depuis 2007.
  • +26 % de progression des effectifs de chercheurs, soit la plus forte progression d’Europe.
  • +33 395 emplois supplémentaires de chercheurs entre 2008 et 2014.

Les PME françaises innovantes ont pu tirer leurs épingles du jeu en Europe et dans le monde grâce au dispositif.

  • Les PME françaises, qui représentent l’écrasante majorité des bénéficiaires du CIR, sont au-dessus de la moyenne européenne en termes d’innovation.
  • La France est le pays de l’OCDE le plus dynamique concernant le dépôt de brevets internationaux en 2015.

Un mécanisme qui a permis de soutenir sensiblement l’attractivité du territoire et d’encourager l’emploi de chercheurs made in France.

  • Pour la première fois, L’Observatoire dévoile que les dépenses de R&D des filiales étrangères implantées en France ont augmenté de 67 % entre 2007 et 2013 en passant respectivement de 5,2 M€ à 8,7 M€, soit 2,8 fois plus que l’augmentation totale des dépenses de recherche. Par ailleurs, les projets d’implantation de centres de R&D (…) ont été multipliés par 3,3 et ont créé 10 757 emplois au total depuis 2008 (réforme du CIR).
  • Sans le CIR, la France ne pourrait pas rivaliser en l’état avec ses voisins européens avec un coût moyen du chercheur en entreprise le plus élevé au monde en 2016.
  • En 2014, les entreprises françaises connaissent toujours la plus forte progression d’embauche de chercheurs en Europe. 

Le CIR agit aujourd’hui comme une assise pour l’innovation des entreprises, qui, en son absence, seraient fragilisées.

  • L’intensité de la R&D des entreprises françaises se stabilise à un niveau record en 2015.
  • En 2015, les entreprises françaises ont investi 6,92 Md€ de R&D de plus qu’en 2007 (avant la réforme du CIR), soit un niveau jamais atteint.

Plusieurs indicateurs sont intéressants… et parlent d’eux-mêmes.

1702 CIR1 1702 CIR2 1702 CIR 3 1702 CIR 5 1702 CIR 6 1702 CIR 7

http://observatoire-du-cir.fr

Publié dans Uncategorized | 1 Commentaire